J’ai publié…

…un article dans la Revue de l’Association des Professeurs de Langues Vivantes.
Je dis ça de façon complètement insignifiante parce que ça ne change rien à ma vie de tous les jours et encore moins dans ma vie professionnelle…n’empêche que ça revêt toute son importance aux yeux des universitaires que je peux côtoyer…
Souvenez-vous des grèves ayant eu lieu dans l’enseignement supérieur cet hiver pour contrer la réforme LRU des Universités…un certain nombre d’enseignants-chercheurs s’insurgeaient notamment sur l’importance accordée à la bibliométrie, ou l’art de mesurer le volume de publications d’un chercheur et son impact sur la communauté scientifique. Pour être un bon chercheur, il faut publier un certain nombre d’articles d’après l’AERES (l’agence chargée d’évaluer l’ensemble des unités de recherche françaises)… « Un chercheur sachant publier peut être un bon chercheur », comme le dit Rue 89 dans
l’article éponyme qui vous expliquera les dérives de la bibliométrie bien mieux que moi…
Bref, à mon échelle, une publication ne signifie rien, si ce n’est qu’il s’agissait de rédiger un compte-rendu d’expérience sur la presse en classe de langue et que dans ma pratique professionenlle, ça m’a permis de formaliser certains points et de prendre du recul. Madame le Doyen de la Faculté de Sciences Economiques m’a adressé ses félicitations et a parlé de cet article lors de la réunion de fin d’année avec tous les enseignants de Sciences Eco. Mes collègues du SCELVA m’ont également félicitée… Je serai juste tentée de dire que c’est trop et que, au fond, le seul truc qui me satisfasse vraiment, c’est que cet article a été écrit en collaboration avec ma collègue d’anglais A. Lecroart…et que tout mon travail reposant sur la collaboration, je trouve que cet article n’est que le reflet le plus réussi de mon activité de documentaliste à l’Université à ce jour.
Résumé de l’article sur le site de l’APLV.
Pour celles et ceux qui souhaiteraient lire l’objet de ce post, je peux vous l’envoyer en format pdf…ça n’a rien de passionnant mais si vous insistez pour lire ma prose autre que sur ce blog, je veux bien partager…
Je ne fournis pas les Efferalgan et Doliprane par contre, ni les oreillers pour s’endormir…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s