Corsica : 6ème et dernier opus

Vendredi 05 juin. Le soleil est plus éclatant que jamais pour notre dernière journée à Bonifacio. Nous gagnons la ville par le sentier des plages pour effectuer nos dernières emplettes. Mer d’huile, grand soleil : les couleurs hallucinantes sont de sortie !

Entre maquis et ciste

Dernière ballade dans la ville haute, dernières photos. On ne se lasse toujours pas du panorama et de ce dédale de ruelles ! Encore quelques photos de persiennes avant de quitter définitivement les lieux.

Persiennes A la fenêtre
La ville se gorge de touristes, hordes absentes au début de notre séjour. Il est temps de fuir ! Mais avant, quelques photos-souvenirs un peu bêtes, histoire d’immortaliser notre présence à Bonifacio…

Travail de forçat...

Pause obligatoire chez notre boucher préféré, Pierre-Janvier Culioli dont la boucherie, située au pied de la montée Rastellu, regorge de coppas, saucissons, et autres mets plus alléchants les uns que les autres. Le sourire charmeur du boucher et le fait qu’il ait effectué son service militaire à Brest nous l’ont rendu fort sympathique ! Nous quittons son étal les bras chargés de provisions, qui rappelleront à nos papilles lorsque nous aurons rejoint le sol breton combien ce séjour en Corse était fantastique…

Dernière après-midi farniente. Départ pour Piantarella, avec la ferme intention de trouver la plage du petit Sperone, approchée hier en navette au retour des Lavezzi. Un petit sentier au départ du Bonifacio Windsurf, dix minutes de marche le long de la côte avec un panorama incroyable où la palette des bleus nous éclate les yeux…

Eole

Petit Sperone

Et là, au détour d’un buisson, apparaît une petite plage au fond d’une anse bleutée… Si le paradis existe sur terre, pas besoin d’aller le chercher dans les Tropiques, il est là, sous nos yeux…

Transparence

Une plage comme je les aime : petite, entourée de rochers et de verdure, du sable blanc et fin, une eau extra-limpide, quelques personnes et l’horizon…

Plage du petit Sperone
Un peu plus loin sur le sentier, la rencontre des bleus et du vert. Quand le green du golf est parcouru par un sentier côtier pour lesquels les Corses se sont bagarrés. Merci à eux !

Entre bleus et verts (bis repetita)

Durant cette échappée au paradis, trois bains. L’impression de flotter dans un bleu turquoise irréel. Si la béatitude existe, je l’ai rencontrée à ce moment précisément. Une énorme pensée pour Vinz qui m’a offert l’occasion de vivre ces moments là et de découvrir cette île envoûtante.
(Et parce que je ne savais pas comment lui dire tout ça ).

Dédicace

Dernière soirée à l’auberge du Licetto où Tony a encore mis les petits plats dans les grands. Nous sommes attablés avec des inconnus : Christian, le pâtissier-voyageur corse et un couple de palois/basques. Chez Tony, c’est comme ça : on vient pour manger, on rencontre ses amis, certains tablées corses se mettent à chanter accompagnées par les jeunes serveurs… un lieu convivial où les repas sont dignes de Gargantua et Pantagruel ! Au programme ce soir : soupe corse, calamars farcis, sauté d’agneau de lait, l’éternel et alléchant plateau de fromages avec du brocciù frais, flan à la clémentine de Corse, …et digestifs ! ou la myrthe dans toutes ses déclinaisons : feuilles, fruits, fleurs.

Pour digérer...

Samedi 06 juin. L’heure du départ a sonné. Dernier regard sur Bonifacio depuis la route du phare. Pause obligatoire à la boulangerie où travaille Christian. Il nous offre à chacun un sac chargé de spécialités corses : canistrelli, canistrons ou bretzels corses à l’anis… Je cloue le bec à qui osera dire que les Corses ne sont pas sympathiques !
Nous reprenons la route vers Sartène et Ajaccio. Le carrosse de mon père est chargé comme un baudet… La route est longue et sinueuse, mais quel panorama ! le maquis, puis la forêt, puis la montagne : ah, c’est grandiose, rien qu’en voiture !
Le bateau n’étant programmé qu’à 21h, nous patientons à la plage St François à Ajaccio. Et nous regrettons amèrement le petit Sperone… Ici, beaucoup de monde, beaucoup de bruit, beaucoup de bateaux ! une vraie plage en ville !
Fin d’après-midi : nous profitons de la chaleur moins accablante pour visiter rapidement Ajaccio. Immeubles aux volets colorés, festival de BD, quelques réminiscences bonapartistes ci et là, d’autres plus mélodieuses en la personne de Tino Rossi…

Ajaccio

Une dernière limonade corse sur le port de plaisance…il est temps d’embarquer. Le Mega Express 4 de Corsica Ferries a pointé son museau.

Génocide de bulles à la grenadine

Le bateau largue les amarres, nous quittons l’île de Beauté. C’est décidé, à kayak ou en voilier, je reviendrai…

Plaisance à Bonifacio

Petit Sperone

Parce que ces bleus là m’ont murmuré « Reviens… ».

Bleu bonifacien (bis)

6 réflexions au sujet de « Corsica : 6ème et dernier opus »

  1. Paco

    Merci pour ces cartes postales, un vrai régal pour les yeux, un grand plaisir à lire…Dis, tu veux pas proposer tes services aux Guides Bleus pour la prochaine édition de leur guide :DPour les photos, chapeau

    Répondre
  2. LZ

    @Paco : Merci, c'est gentil ! et ça me touche, venant d'un spécialiste du voyage ! Pour mes services aux Guides Bleus, je garde cette idée dans un coin de ma tête : si jamais l'Education Nationale se saborde, je pourrai toujours envisager cette reconversion…

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s