Pauvres houatais…

Bertrand Belin aurait dû nous accompagner à Houat ce WE et réviser son jugement sur cette petite île morbihannaise sise à quelques encablures de Belle-Ile. Me voilà donc devenue Guide Bleu le temps d’un WE pour un Lillois en perdition à Rennes et n’ayant jamais mis ses pieds sur cette perle atlantique…

Première découverte : joindre Quiberon est un parcours du combattant. Une route unique, une caravane devant nous et la vitesse escargot nous gagne. Et encore, nous sommes loin des bouchons estivaux ! Se garer là où rien n’est payant. Parcourir la promenade des Anglais, encore désertée par les touristes, au-dessus de cette étendue de sable  immaculée de traces de plagistes.

Boarding

Second étonnement. Prendre le bateau, le PETIT bateau, dixit le Lillois. Et moi de hurler. Pas question – grands dieux ! – que Houat et Hoëdic se transforment en autoroute à touristes, comme leur consœur belliloise…

Troisième étonnement : la vie sur une île. Débarquer. Traverser le village aux petits penty. Éblouir ses mirettes grâce à la flore luxuriante. Prendre son temps. N’être point gênés par les voitures, absentes de l’île. S’installer au camping, déserté,mais avec vue sur mer, Hoëdic et Belle-Ile.

Camping houatais ©Patosz

Laisser quiétude et sérénité nous gagner. Sombrer à la plage aux eaux cristallines après avoir bu 3 bières sous le soleil en terrasse. Se faire douloureusement mordre par le soleil (le Lillois, hein, pas moi !).

Plage déserte

Oublier les étonnements. Se poser en terrasse face au port et observer le ballet des voiliers accostant pour la nuit. Écouter d’une oreille distraite les histoires de ces voileux au goût de sel, venant boire un verre après leurs péripéties venteuses et vogueuses. Apprécier plus que jamais ce moment hors du temps où rien n’a vraiment plus d’importance. Même pas les sujets existentiels et douloureux abordés au détour de nos conversations de trentenaires vieillissants. Faire son deuil, sereinement (ou pas !), de je-ne-sais-quoi.

Couleurs houataises 14-18

Entreprendre une promenade digestive sur un sentier vers le coucher du soleil, uniquement fréquenté par lapins et pipistrelles. Trouver au détour dudit chemin une réserve d’eau, énorme bonbonne plastifiée de 5000 m3, ayant chauffé sa couenne tout l’après-midi. S’y installer, comme sur un matelas d’eau et observer ces étoiles que l’on ne voit plus à Rennes. Dormir au camping, dans ce silence houatais, perturbé par le seul bruissement de l’océan.

Être réveillés par les glous-glous d’un faisan dont nous occupons illégalement le territoire… Petit-déjeuner royalement face à la mer, mer d’huile ce jour, sous une couverture nuageuse éblouissante.

Déjeuner en paix

S’installer sur une plage désertée, où seuls les goélands font loi. Rédiger sa présentation Twitter et usages pédagogiques pour lundi matin 9h les pieds dans le sable. Dévorer à pleines dents un demi-poulet rôti. Osciller entre romans, Books et Libé. Discuter longuement de l’affaire new-yorkaise. S’extirper mollement de la plage pour répéter sans fin « Wouah, c’est beau » du haut du sentier côtier. Découvrir d’un œil distrait mais amusé l’histoire de Houat et de ses tentatives de reproduction en masse de homards à l’Eclosarium.

D'en haut

Démonter la tente, faire son paquetage et gagner le port. Avoir la sensation d’un WE pleinement ressourçant. Et sourire encore et toujours des réactions étonnantes de quelqu’un n’ayant jamais séjourné sur ce type d’île bretonne hors du temps.

Port St Gildas ©Patosz

Promis Houat, je n’attendrai pas 4 ans avant de revenir !

Quelques souvenirs épars

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s