Sweet Home

Certaines personnes ont, dès leur plus jeune âge, une idée assez précise de la maison de leurs rêves. Genre la maison de famille du bord de mer ou la vieille longère qu’on aura retapée sang et eau tous les WE durant des années, ou ce chouette loft à la sauce new-yorkaise glané dans une entrepôt au fin fond d’une banlieue, ou la coquette maison de ville bobo-bio dans un quartier choupinet…

D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais eu d’idées ou d’envies très précises concernant un éventuel home sweet home de rêve. Sans doute parce que je ne suis guère attachée à la propriété immobilière. Plutôt nomade et cigale que fourmi et sédentaire.

Mais là, aujourd’hui, j’ai eu un petit déclic en lisant un billet sur Buzzecolo. Le Fincube, ce concept étonnant de maison nomade en bois a quand même tout pour plaire : modulaire, transportable et écologique.


Une construction 100% bois, de 47 m2. Oui, là, oui, j’avoue, il faudra que je me sépare de beaucoup de meubles auxquels je suis très attachée sentimentalement : cette petite table customisée Taches de vache Milka récupérée au feu Grand Hôtel du Pouldu ;  cette bobine de fils électrique ramassée dans la rue dans le XXè arrondissement et remontée dans mon appart’ parisien de l’époque via les escaliers en colimaçon à la force de mes petits biscottos (parce que l’affreuse ne rentrait pas dans le mini-ascenseur) ; cette table grossièrement marquetée en provenance d’un vieux troquet de Moëlan-sur-Mer ; ce buffet de cuisine décapé à l’huile de coude et remis en état à l’aide de ma Môman ; ces multiples chaises glanées chez Emmaüs et retapissées ou recustomisées en fourrure rouge…

Mais avouez que sur un terrain, même banal, ce Fincube en jette, non ?


Tout vitré, au plus proche de la nature environnante…


Avec une rampe d’accès, genre yacht terrien.


Et puis ces balcons ont un air de coursive ou de pont qui n’est pas pour me déplaire…

Là, j’avoue, je trouve que l’intérieur manque cruellement de fantaisie. Mais promis, j’y réinstallerai mon abat-jour de bouchons plastiques récupérés à la côte (c’est mon côté Pilleuse d’épaves…) et fixés sur des fils de scoubidous !

Bon ben voilà, je l’ai mon concept de maison de rêves. Et c’est chez le Studio berlinois Aisslinger que ça se passe. Les tarifs ? inconnus. Il faut faire la demande. Et là, curieusement, j’hésite…

En savoir plus : http://www.fincube.eu/

Une réflexion au sujet de « Sweet Home »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s