Tombées de la Nuit 2012 #01

Punaise ! je me rends compte que dans ma léthargie estivale, je ne vous ai même pas parlé de mes déambulations aux Tombées de la Nuit… Honte sur mon kabig !
Je vais tâcher de me rattraper et de vous en donner un petit aperçu. D’autant que certaines compagnies ou certains spectacles tournent beaucoup et qu’on peut être amenés à les croiser en Bretagne ou ailleurs (Tiens, faudra que je vous parle des Rias 2012 aussi !). Et il serait dommage de les rater…

Remontons le temps donc, quelques posts durant, si vous le voulez bien. Accrochez vos ceintures ! [Tous ces articles ont été écrits et publiés initialement pour Alter1fo. Ben oui, je soupe à tous les râteliers.]

Tombées de la nuit : parcours diurne en ville

Mardi 03 juillet. Les Tombées de la nuit ont démarré hier sur les chapeaux de roue avec Dominique A et Risque Zéro au Triangle. Place aux rues pavées du centre-ville et son lot d’animations urbaines. Focus sur trois propositions.

Glisssssssendo Opus II
Ils sont neuf vêtus de robes format trapèze rouges et blanches. Ils glissent sur les pavés de la place de la Mairie et nous entraînent d’un coup de sifflet dans leur sillage. Ils remontent, vite, très vite la rue Lebastard, comme en apesanteur, tandis que le public s’efforce de les suivre avec poussettes et consorts dans la lourdeur de cette fin d’après-midi. Et puis, d’un seul coup, la course folle s’arrête. La fumée s’échappe de leurs cheminées coniques.

Glisssssssendo Opus II (Ulik & LE SNOB) @Tombées de la Nuit
La fanfare SNOB se met en place et s’ébranle, lentement. Aux premières notes de l’Exorciste, cette drôle de déambulation prend vie, mi-secte mi ballet musical… Et nous les suivons, comme si ce Service de Nettoyage des Oreilles Bouchées nous devenait vital…

Glisssssssendo Opus II (Ulik & LE SNOB) @Tombées de la Nuit

Gageons que la version nocturne en robe noire doit vous emporter dans une toute autre atmosphère !

Transports exceptionnels
Après un rafraîchissement houblonné, nous trouvons place devant le Parlement. Un individu croisé au téléphone méconnaît visiblement la créativité du spectacle vivant et ce dont il est capable : « Je suis place du Parlement. Y’a des mecs qui regardent une pelleteuse. C’est bizarre… »
Car oui, elle est là, au beau milieu du gravier, celle qui est au centre de ce duo chorégraphique. D’un orange vif et d’un noir flamboyant, elle rutile, comme une belle américaine. Et ferait presque de l’ombre au Parlement. Tout le monde n’a d’yeux que pour elle…

Transports exceptionnels (Cie Beau Geste)  @Tombées de la Nuit

Son partenaire, sobrement vêtu, entre sur la piste de danse. Un air d’opéra et le ballet peut commencer. Un je t’aime moi non plus entre l’homme et la machine : de la tendresse, un bras articulé qui fait claquer son godet (comme au flamenco !), des portés tout en souplesse. de la danse entre force et élégance.

Transports exceptionnels (Cie Beau Geste)  @Tombées de la Nuit

On oublie la machine, elle se métamorphose, devient vivante et attendrissante…

Transports exceptionnels (Cie Beau Geste)  @Tombées de la Nuit

Une très belle prouesse mécanique et chorégraphique offerte par la Cie Beau Geste. Le 1% artistique du BTP comme on voudrait en voir plus souvent !

Transports exceptionnels (Cie Beau Geste)  @Tombées de la Nuit

Cavale
Quittons les pavés rennais pour la fraîcheur et la douceur des pelouses vertes et autorisées du Thabor. Une scène majestueuse d’un blanc immaculé trône, comme un bloc minéral au beau milieu du végétal. Les formes rectilignes de ce rectangle et ces escaliers posés sur le green tranchent avec les formes naturelles des arbres qui constituent l’arrière-plan.

Cavale (Cie Yohann Bourgeois)  @Tombées de la Nuit
Yohann Bourgeois et Mathurin Bolze entrent en scène, look à la Réservoir Dogs. Et chaussent leurs têtes de collants gris.

Cavale (Cie Yohann Bourgeois)  @Tombées de la Nuit

S’en suit un long, lent et répétitif ballet dont la thématique principale est l’apesanteur. Le duo circassien chute, bondit, rebondit, cherche le déséquilibre perpétuel, de façon cyclique, entre trampoline et escalier.

Cavale (Cie Yohann Bourgeois)  @Tombées de la Nuit

Si la performance athlétique n’est pas à nier, la réflexion sur la notion d’apesanteur et la recherche du point de suspension version dépouillée n’ont pas trouvé grâce à mes yeux. Les références à Pasolini n’ont pas trouvé écho chez moi, si ce n’est en pensant que c’était prétentieux et vaguement ennuyeux.

Cavale (Cie Yohann Bourgeois)  @Tombées de la Nuit
Et puis, au bout d’un moment, ces deux artistes circassiens se sont mis à ressembler à deux pingouins dans mon imaginaire, s’amusant comme des petits fous sur la banquise. Le trampoline faisant office de piscine naturelle où ces deux palmipèdes prenaient plaisir à faire trempette, se battant pour le meilleur saut, ou la plus belle chute…
D’autres ont été bien plus critiques. Mais libre à vous d’aller voir et vous faire une opinion.

Cavale (Cie Yohann Bourgeois)  @Tombées de la Nuit
Cavale (Cie Yohann Bourgeois)  @Tombées de la Nuit

La suite demain !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s