Le Père Noël et ses femmes

Psychanalyse pour tout le monde ! tel pourrait être le sous-titre du roman C’est Maman qui a tué le Père Noël d’Alexandra Varrin.

Elles sont trois, chacune représentant une génération, chacune ayant des conflits à gérer avec les autres. Alice, c’est la petite fille. Loin d’être une petite fille pourtant. Mais c’est tout comme. Célibataire, au chômage, vit à Paris. Vie dissolue, mais assumée. Jongle avec son poids depuis son enfance. Et s’apprête à vivre l’enfer : un Noël en Franche-Comté. Avec sa mère et sa grand-mère.
« Elle se rend compte sans surprise qu’il s’agissait de sa grand-mère, enregistrée dans son répertoire téléphonique sous le nom de Vieille Tarée, sa mère étant, compte tenu de son âge, simplement identifiée en tant que Tarée. » (p. 43)

Danièle, la mère d’Alice. Une sacrée terreur. Sous son toit, dans la vie de tous les jours, sur les forums d’Internet. Boulimique chronique, obsédée par son image, elle passe des heures à se préparer le matin. Se fait toujours entretenir financièrement par sa mère. Trouve sa fille trop grosse. Ou trop maigre. Ça dépend des années.

Berthe, la mère de Danièle, la grand-mère d’Alice. Une femme qui ferait passer les brutes épaisses pour de grands sentimentaux. Elle aime ses arrières-petits-enfants comme elle paye sa taxe foncière. Si, si.
« [Berthe] ne tenait pas à savoir ce que Danièle et Alice faisaient de leurs vies, puisqu’elle avait la certitude innée qu’elles les gâchaient. » (p. 34)

Et puis il y a le chat. Qui vit sa vie chez Danièle. Et qui achève ce roman dans un épilogue plutôt surprenant.

Un « je t’aime moi non plus » à la sauce « famille je te hais ». Pour les fêtes familiales de Noël, c’est plutôt pop comme ambiance. Ou trash. Un peu des deux à la fois. A ne déposer sous le sapin qu’en l’absence totale de névroses familiales… Et joyeuse dinde de Noël à tous !

—————————————

C’est Maman qui a tué le Père Noël d’Alexandra Varrin – Editions Léo Scheer (septembre 2012)
[dispo aux Champs Libres pour les Rennais !]

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Père Noël et ses femmes »

  1. Ping : Lectures en novembre « Déambulations rennaises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s