Mère Denis, au secours !

Dernièrement, j’avais noté sur ma liste de courses : LESSIVE en prévision de l’épuisement du stock en cours. Je me suis donc retrouvée au rayon lessives de mon supermarché habituel. Et là, effarement total. Que choisir ?

bravo-omo
Poudre ou liquide ou capsules ? Qui lave plus blanc que blanc ou qui préserve les couleurs ? qui prétend protéger nos rivières ou qui sont hypoallergéniques ? en noix de cajou mode écolo-bio-popo-poireaux-dans-lesac-à-dos ?

J’avoue, je suis restée sans voix et… sans choix. Entre Persil, Le Chat, Ariel and co. Les écarts de prix sont tout aussi hallucinants pour peu qu’on veuille bien prendre le temps d’observer les étiquettes. Au-delà des derniers scandales sur l’entente entre groupes pour fixer les tarifs des barils, je me demande bien ce qui peut nous pousser au fond à l’achat d’une ou l’autre de ces lessives.

Le marketing fonctionne-t-il encore vraiment ? va-t-on acheter « sans phosphates » une lessive parce que nos penchants écolo ? ou sans parfum parce qu’on est allergiques ? va-t-on diversifier ses produits de lavages en fonction de ses vêtements ? (pour ma part, je compte 3 sortes de lessives : pour les vêtements sombres, lessive pour la laine et lessive normale).
Ou alors, achète-t-on mode madeleine de Proust ? parce que l’odeur de cette lessive par exemple, c’est celle de votre enfance, de vos étés dans la maison de campagne de votre mère-grand ?
Tout cela me questionne soudainement. En encore, je ne parle pas d’adoucissant, de détachant et de tout ces produits qui font qu’on est une parfaite petite ménagère…

Alors, quoi, j’achète un énorme savon de Marseille et je file au lavoir ?

Rennes Lavoir St Martin (tout droits réservés Marc Loret)

Rennes Lavoir St Martin
(tout droits réservés Marc Loret)

Au passage, j’en profite pour vous présenter Marc Loret, un ami d’Alter1fo, photographe. Son portfolio est et mérite visite. Je suis une grande fan de ses clichés rennais, et je dévalise régulièrement la boutique de l’Office du Tourisme de Rennes car certaines de ses photos sont disponibles en mode carte postale.
On trouve également ses cartes postales dans la boutique de créateurs HorSérie (place de la Mairie – 4 rue de l’Hermine)  ou à la papeterie Cheminant (12 place du Parlement).
Donc je le remercie vivement de m’avoir autorisée à utiliser un de ses clichés pour illustrer ce formidable article sur la lessive, en y remettant un peu de nostalgie et de vieilles pierres.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Mère Denis, au secours ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s