Un seul félin vous manque et tout est dépeuplé…

L’insuffisance rénale aura été la plus forte. Et pourtant, il a vaillamment lutté.

ete2012
Contre les médocs journaliers, matin et soir.
Contre cette satanée soif qui le taraudait certains jours, m’obligeant à laisser couler le robinet pour qu’il daigne boire un peu d’eau.
Contre cette nourriture appétante, et non appétissante, mais pauvre en protéines, nécessaire pour ralentir l’évolution de la maladie.
Contre ses crises épuisantes, qui le rendait plus que nauséeux.

Chat-Malo, telle une rock star, a eu le droit à sa surdose de barbituriques mardi 05 mars. Pour mettre fin à ses souffrances. Pour mettre fin à sa fatigue. Pour mettre fin à presque quatorze ans de miaulements, de câlins, de jeux avec les reflets face au soleil, de courses folles dans le jardin, de jeux avec Olive et Popeye, ses deux cousins rouquins, de mode chat-écharpe autour du cou parce que c’est là qu’on est le mieux au fond…

Son fan-club pleure. L’absence est terrible, injuste, cruelle.

Malo repose sous le noyer dans le jardin de mon home sweet home familial, dans le Finistère, à quelques encablures de son lieu de naissance. Comme un retour aux sources. Il paraît que les chats ont plusieurs vies, c’est tout ce que je lui souhaite…

Malo

6 réflexions au sujet de « Un seul félin vous manque et tout est dépeuplé… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s