Lectures en mars

Je suis en retard sur mes partages de lectures mensuelles ! Hop hop hop, remontons le temps. Mars 2013 et son climat polaire…

Des romans, en veux-tu en voilà…

bright-lights-big-city Bright Lights, Big City / Jay McInerney (Points – coll. Signatures), 1997
New-York des années 80, milieu de l’édition et de la presse. Années flamboyantes. Un jeune homme, quitté par l’amour de sa vie, plonge dans les excès pour oublier. Drogues, ivresse, clubs… Le salut viendra, comme d’habitude, de là où on ne l’attend pas. Ou presque. Un personnage attachant, plongé dans le doute, le bilan de sa vie, confronté à une double disparition, happé par la tristesse, la culpabilité.
Une écriture à la deuxième personne, qui rend plus proche du personnage principal. Non dénouée d’humour.
« Depuis un bon moment déjà, tu aurais dû arrêter les frais, mais tu as continué sur ta lancée, accroché à une comète de poudre blanche dont tu cherches à prolonger l’effet. En cet instant même, des bataillons  d’infimes soldats boliviens occupent ton cerveau. Crottés et harassés, après cette longue marche à travers la nuit, dans leurs rangers troués, avec la faim au ventre. Il faut les nourrir. Les nourrir de poudre tonique bolivienne » (p.9-10)

signalLe signal / Ron CARL (Gallmeister, 2011)
Encore un coup de maître de l’éditeur Gallmeister… Le Wyoming, ses étendues sauvages, ses montagnes, ses randonneurs, ses chasseurs de cervidés.
Mack, malmené par la vie, part pour une ultime randonnée avec son ex-femme Vonnie : une histoire d’amour qui se termine mal, une randonnée d’adieu faussée par une chasse au drone et des desseins vaguement louches… Un anti-héros qui reprend le chemin de sa vie. Mais trop tard.

dix-andrej-longoDix / Andrej Longo (Flammarion), 2010
Dix nouvelles, comme les dix commandements, sur Naples et la Camorra. Dix plongées dans un quotidien où la pieuvre se cache, insidieuse, dans les ruelles, les appartements de banlieue. Entre inceste, vol de voiture, règlement de compte.
Dix vies malmenées dans la chaleur de l’Italie du Sud, dans sa violence omniprésente. Dix nouvelles qui sont dix coups de poing rapides et efficaces pour vous mettre K.O.
Cœurs mal accrochés et sensibles, s’abstenir.

visage-retrouvéVisage retrouvé / Wajdi Mouhawad (Actes Sud, 2002)
Première lecture d’un roman du libano-québecois Wajdi Mouawad. Après le choc Incendies au cinéma (un jour, j’arriverai à vous en parler. Un jour.), ma curiosité était fortement titillée. Une langue très belle, ciselée, douce et violente à la fois. Une maîtrise de la simplicité et de la complexité sous la plume.
Visage retrouvé, c’est l’histoire de Wahab, petit libanais. Qui raconte sa vie d’enfant heureux sous le soleil du Liban. Puis son autre vie, en exil au Canada. La guerre est passée par là.
Un roman qu’on dévore, tiraillé par le destin de ce garçon, dont l’identité est malmenée. Dont la vie toute entière est malmenée… Wajdi Mouhawad a le don de nous scotcher à son histoire et celle de ses personnages. Le choc est rude mais on persiste, on veut savoir la fin. Même si on pressent qu’elle sera inévitablement difficile…

nus-pouyNus / Jean-Bernard POUY (Fayard Noir, 2007)
Un polar aux accents anarchistes dans un camping nudiste des Landes, avouez que c’est assez étonnant. Décidé à faire passer la contre-société alternative à la vitesse supérieure, le collectif libertaire « ZO » organise son « université d’été » dans un camp naturiste. Parce qu’à poil on ne peut plus rien cacher ! Mais le collectif débarque alors qu’un meurtre vient d’être commis… Et cette Rosa serait la fille du célèbre combattant républicain espagnol Durutti. Le sang des libertaires ne fait qu’un tour ! et l’enquête commence.
Un bouquin qui se lit rapidement et qui fait sourire. A lire à la plage cet été.

sortis-du-boisSortis du bois / Chris OFFUTT (Gallimard, 2002)
Des nouvelles sombres sur le terreau américain. La vie en lisière de forêt au sens propre comme au figuré . Des vies fracassées qui avancent cahin-caha. Le Kentucky dans sa splendeur sombre. Et ses déracinés, ses êtres perdus, sortis du bois. Des êtres taciturnes, issus des grands espaces américains, et qui oscillent entre Nebraska, Oregon et Kentucky natal…

gods-pocketGod’s Pocket / Pete DEXTER (Points, Roman noir, 2009)
Nouvelle lecture de Pete Dexter, auteur qui gagne vraiment à être parcouru (cf Cotton Point, dans Lectures en novembre)
God’s Pocket est son tout premier roman. Quartier ouvrier de Philadelphie, gangrené par la pègre et la pauvreté. Où le sang coule à flots. Le roman démarre la mort de Leon Hubbard, maçon sur un chantier. On entre peu à peu chez les habitants du quartier sous la plume de Pete Dexter : chez la mère de Leon, Jeanie Scarpato, qui vit avec Mickey Scarpato, un camionneur vendeur de viande dont le camion frigorifique transportera la viande froide de son beau-fils… Chez Coleman Peets, le chef de chantier et chez Old July, le meurtrier. Enfin, chez Richard Shelburn, journaliste au Daily News, alcoolique notoire, chargé d’écrire un papier sur ce décès suspect.
Un roman sur quelques jours, entre la mort et l’enterrement de Leon. Pete Dexter zoome sur ce quartier et ses habitants où transpirent mafia et misère sociale. C’est noir et triste à la fois. C’est violent et furieusement réaliste.

furieux-appetitFurieux appétit / Raphaël MAJAN (P.O.L., 2011)
Il est assez rare que j’abandonne un polar. Dès le premier chapitre. La 4è de couv’ m’avait pourtant fait de l’oeil :
« Avoir faim, ce n’est pas un crime. Mais, lorsque c’est au commissaire Liberty que pareil manque survient, ça peut vite en susciter un. En fait, le premier assassinat de la journée, dans lequel il n’est pour rien, a eu lieu dans une cuisine, ce qui a tout pour ouvrir l’appétit. Le malheur est qu’il est contre toute procédure de manger les pièces à conviction. Le gros Wallance, boulimique dès qu’il s’agit de meurtres, compte avoir quelque chose à se mettre sous la dent au restaurant. Et si le service est trop lent, le quelque chose deviendra quelqu’un, voilà tout. On a bien le droit d’apaiser ses nerfs à défaut de son estomac. »
Roman d’une longue série des aventures du commissaire Liberty, des références aux autres romans ponctuent de façon régulière et toutes les trois paragraphes ce « furieux appétit ». Impossible de les ignorer, et la lecture est fortement perturbée. Agacée, j’ai laissé tomber.

Des documentaires, histoires de changer…

30 sarouels et autres trucs de filles / Valérie ROY (Square des Loisirs, 2009)
Un peu de fils, un peu de tissu, beaucoup de couture ! Pour le jour où je serai grande et je saurais coudre…
trente-sarouels

Conserveries en Bretagne : l’or bleu du littoral (actes du colloque de Loctudy septembre 2005)
Un sujet qui me tient à coeur pour plusieurs raisons. D’une part, une longue tradition familiale de pêche à la sardine. D’autre part, une vie familiale ancrée autour du petit port de Brigneau dans le Finistère sud, fière ria aux trois conserveries. Brigneau, c’est ma madeleine de Proust, mon lieu d’enfance et de villégiature actuelle.

Conserveries_BZH

Une BD seule et esseulée

Un air de paradis / Arnaud QUERE (Des ronds dans l’O, 2007)
Roman graphique autobiographique. L’auteur y raconte son enfance dans la campagne lyonnaise, sa famille, les confitures, la campagne en été… C’est bucolique et frais.

un-air-de-paradis

Ceux que je n’ai pas eu le temps de dévorer…

Putes / James CRUMLEY (Rivages noir, 1990)

Le gâteau mexicain / Antonin VARENNE (Éditions Toute Latitude – Janvier 2008)

Noir panthère / Michèle GAZIER (J.-P. Bayol – Octobre 2008)

Publicités

Une réflexion au sujet de « Lectures en mars »

  1. Ping : Lectures en juin | Déambulations rennaises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s