Incendies le film que j’aurais voulu ne jamais voir…

Il m’aura fallu plus d’un an et demi pour trouver les mots et le courage de les écrire. Pour oser coucher sur le clavier ces sensations sombres, cette nausée épouvantable qui ont trouvé place en moi. C’était en janvier 2012, lors du festival Télérama. Je suis allée à l’Arvor avec un couple d’amis. Je m’en souviens comme si c’était hier. Nous étions lovés au chaud au fond du Bateau Ivre, à siroter des bières. Ils m’ont proposé de les accompagner pour voir la rediffusion du film Incendies de Denis Villeneuve et j’ai accepté. Je n’avais pas prêté l’oreille à la sortie de ce film en janvier 2011. J’aurais peut-être dû.

Incendies est donc un film québécois réalisé par Denis Villeneuve et inspiré de la pièce de théâtre Incendies de Wajdi Mouawad, elle-même inspirée de la vie de Souha Bechara. (merci Wikipédia !)

Le film débute par une scène sans paroles, accompagnée du seul titre poignant de Radiohead, You and Whose Army. Des enfants, aux mains de militaires, sont tondus. Dès le début, ces images sont un coup de poing et nous font plonger dans un océan de guerre, de violence. Le regard de l’enfant est insoutenable. Et puis on glisse vers une salle d’archives où un homme appuyé contre une étagère semble porter le poids du monde sur ses épaules. Trois minutes d’intro qui vous serrent déjà la gorge.

Le tourbillon ne fait que commencer. Par deux fois, j’ai eu envie d’échapper au film, à ses images, à cette histoire infiniment épouvantable. Par deux fois, j’ai voulu m’éjecter de ce fauteuil de cinéma et courir respirer l’oxygène de la rue d’Antrain. Par deux fois, je n’ai pas trouvé la force de le faire, les jambes paralysées par l’horreur et les abominations et j’ai subi le film, me ratatinant encore plus dans ce fauteuil. Les films de  guerre, ce n’est jamais drôle. Mais cette guerre, entre une femme et son pays, entre une mère et son fils, entre une mère et ses enfants, entre des enfants et leur père, est tout bonnement atroce.

Nous sommes ressortis bouleversés de l’Arvor. En silence.
Ecrire ces quelques mots et me souvenir, juste un peu, de ce film, me redonne un violent coup de poing dans l’estomac…
Si vous avez le courage, n’hésitez pas à regarder ce film. Un très grand film, dont la beauté n’a d’égale que sa violence.

Synopsis officiel : Lorsque le notaire Lebel fait à Jeanne et Simon Marwan la lecture du testament de leur mère Nawal, les jumeaux sont sidérés de se voir remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de Nawal, enfermée ces dernières années dans un mutisme obstiné depuis son lit d’hôpital. Elle décide immédiatement de partir au Moyen-Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien…
Le jeune Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère avare d’affection qui a passé sa vie à leur empoisonner l’existence. Mais son amour pour sa soeur le poussera bientôt à rejoindre Jeanne au Moyen-Orient sur la piste d’une Nawal bien loin de la mère qu’ils ont connue…

2 réflexions au sujet de « Incendies le film que j’aurais voulu ne jamais voir… »

  1. lulu352012e bestiole

    Bonjour,
    j’ai vu également « Incendies » sans trop savoir de quoi il parlait au départ. Ce film m’a laissée quasi mutique pendant plusieurs jours tellement il m’a bouleversée. La scène de la piscine, entre autres, reste à tout jamais gravée dans ma mémoire. Jamais je n’avais ressenti cette sensation d’hypnose paralysante face à un film dont je voulais aussi m’échapper. Un très beau portrait de femme aussi mais à déconseiller aux âmes sensibles comme moi !

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s