Calendrier de l’avent noir polar #11 : Sam Millar, auteur noir

Il faut lire Sam Millar. Parce que Sam Millar est un auteur surprenant. Né à Belfast, cet irlandais n’est pas un garçon très fréquentable. Emprisonné durant vingt ans en Irlande pour activisme au sein de l’IRA, il a aussi connu les geôles américaines après avoir participé à l’un des plus célèbres braquages des années 1990, celui de la Brink’s, entreprise de transport de fonds, à Rochester en 1993.
Alors quand Sam Millar prend sa plume pour écire des polars, il sait de quoi il parle…

Redemption Factory (2005)
Synopsis : Au cœur du conflit nord-irlandais, un militant de l’IRA disparaît mystérieusement.
Vingt ans plus tard, son fils Paul Goodman, un petit prodige du snooker désargenté, se présente aux abattoirs de la région et se fait embaucher.
Il pénètre un univers baigné de sang, gouverné par des êtres difformes et violents. Une cathédrale impie de la mort, étrange miroir des fantômes dont il est lui-même prisonnier et que son arrivée va libérer…

–> le tout premier roman de Sam Millar que j’ai lu. Un souvenir glaçant, rouge sang. Qui m’a vraiment envie de lire le reste de ses publications.

Poussière tu seras ( Titre original : The Darkness of Bones, 2006)
Synopsis : Dans la forêt de Barton, environs de Belfast, le dégel s’apprête à révéler certains secrets mal enfouis. Mais ni Jack, un flic reconverti dans la peinture, ni les vieux barbiers Harris et Jeremiah ne semblent s’en préoccuper. L’un noie sa culpabilité et son chagrin dans l’alcool, les autres refusent la modernité. Chez eux, tout se pratique à l’ancienne : au couteau.
C’est alors que le jeune Adrian, le fils de Jack, fait une étrange découverte : un os d’aspect humain, à côté d’un corbeau mutilé. Sa curiosité piquée au vif, il l’emporte avec lui, ignorant qu’il a mis au jour les restes d’un cadavre recherché depuis plusieurs années…
La foi peut faire bouger les montagnes, dit-on. Il en faudra beaucoup à Jack pour retrouver son fils, subitement disparu. Il est seul face à la folie de trop vieux mensonges, au cœur d’un monde en ruine, à l’image de l’orphelinat où, des décennies plus tôt, le crime a germé…

Série Karl Kane (02) : Le cannibale de Crumlin Road (Titre original : The Dark Place, 2009)
Synopsis : Pour sa deuxième enquête, après Les Chiens de Belfast, Karl Kane, privé coriace, cinéphile et cabossé, est confronté au Mal en personne. Dans Belfast qu’épuise une vague de chaleur inhabituelle, un prédateur s’attaque à de très jeunes femmes, des junkies, des laissés-pour-compte de la société. À chaque corps retrouvé atrocement mutilé, il manque le foie et les reins. Il apparaît bientôt que le tueur est animé par une perversion très singulière… Initiée par la plainte d’une cliente dont la sœur a disparu, l’enquête de Kane prend soudain un tour personnel et spécialement dramatique qui durcit sa motivation. Ce ne sera pas toutefois une mince affaire que d’épingler son suspect, membre estimé de l’establishment : l’aveuglement délibéré, voire la mauvaise volonté de la police locale sont autant de bâtons dans ses roues. Mais la rage est un moteur puissant, et Kane, ce « faux dur à l’humour ravageur », ne craint pas les coups…

–> une lecture presque sans pause, tellement ce roman nous tient en haleine. A lire absolument !

Série Karl Kane (03) : Un sale hiver (Titre original : The Dead of Winter, 2012)
Synopsis : Drapé dans le peignoir rose de sa compagne, entre bouteille de lait et journal du matin, Karl Kane découvre une main, soigneusement sectionnée, sur le seuil de sa porte. La deuxième en quelques semaines. Stimulé par la promesse d’une récompense conséquente ? un homme d’affaires local craint que l’image de Belfast souffre de ce début d’épidémie ? Kane se lance dans l’enquête. De bars louches en bordels sordides, il doit percer le cœur du mal.

–> une vision assez glauque de l’Irlande et de Belfast. Un détective qui morfle, et on a mal pour lui, parce que le personnage nous est devenu touchant au fond.

Manquent encore à mon palmarès de lecture :
Dark Souls (2003)
Série Karl Kane (01) : Les Chiens de Belfast (Bloodstorm, 2008)
Série Karl Kane (04) : Au scalpel (Past Darkness, 2015)
En conclusion : ne vous posez pas de questions et lisez Sam Millar.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s