En attendant Eden

En attendant Eden pourrait avoir comme sous-titre « playdoyer pour l’euthanasie ».
L’histoire est simple : Eden est un soldat rentré d’Irak mourant et quasi condamné. Il a sauté sur une mine à Balad. « Les médecins sur place étaient sûrs qu’il n’en avait plus pour longtemps, et ils étaient doublement sûrs que le voyage le tuerait. Mais ils étaient bien obligés d’au moins essayer de le ramener à la maison. »

Pendant trois ans, Mary, sa femme, reste à son chevet à l’hôpital. Eden est gravement brûlé, gravement blessé, dans le coma et sans beaucoup d’espoir de s’en sortir. Sa famille souhaite qu’il parte mais Mary s’y refuse.
La seule chose qui tient Eden en vie, c’est sa peur infinie des blattes. Et toutes ces sensations floues qui tournoient dans sa chambre d’hôpital. Ce sapin de Snoopy déposé par une infirmière de garde à Noël, les odeurs des uns et des autres, les mains qui touchent sa peau brûlée…

Et puis un jour, ce jour de Noël précisément où Mary, prête à renoncer et à laisser son mari mourir, est partie chez sa mère, Eden pousse un hurlement. Son coeur lâche. Sa fin est proche. « Mary pensait à son époux, et au mot imminent, et peut-être que quand ce serait fini, quand il ne serait plus là, les choses pourraient s’améliorer pour elle et la fillette. Elles recommenceraient , et ce serait une bonne chose. La mort de son époux serait une bonne chose. »

Je ne vous dirai rien de la suite. Si ce n’est que ce court roman d’Elliot Ackerman est une bombe. Qui parle d’amour, de trahison, de survie, d’amitié et de guerre. Racontée par le fantôme de son ami mort, l’histoire d’Eden est difficile et complexe. Traumatisante même. Et quand on apprend qu’Elliot Ackerman est un jeune vétéran du corps des marines, ancien membre des forces spéciales, et qu’il a effectué cinq missions en Afghanistan et en Irak, on comprend mieux la véracité des propos. On perçoit mieux comment la survie est une tactique de guerrier, de pulsion de vie.

Un roman beau et touchant, difficile et chargé d’émotions. En seulement 150 pages. Pourquoi s’en priver ?

Résumé sur le site de l’éditeur :
Tous les jours, Mary est tout près de son époux, à l’hôpital. Tous les jours depuis trois ans, après son retour d’Irak. Eden est inconscient, et ses blessures ne guériront pas. Personne ne sait plus comment l’appeler, sauf elle : c’est son mari, et il est toujours en vie. Leur fille, qu’Eden n’a pas eu le temps de connaître, grandit dans cet hôpital où Mary attend avec patience et détermination un changement. Un jour, en son absence, Eden semble trouver un moyen de reprendre contact avec le monde extérieur. Dès lors, c’est Mary seule qui aura la responsabilité d’interpréter ces signaux et de prendre des décisions, ramenée tout d’un coup face à certaines vérités troublantes sur leur mariage.
D’une profonde humanité, En attendant Eden est une méditation perçante sur la loyauté et la trahison, la peur et l’amour.

En attendant Eden / Elliot Ackerman
Traduit par Jacques Mailhos
Editeur : Gallmeister
Collection : Americana
ISBN 978-2-35178-201-9
Parution le 04/04/2019
160 pages
22,60 euros

Une réflexion au sujet de « En attendant Eden »

  1. Ping : Des pages et des pages en 2020 | Déambulations Rennaises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s