Esaü

Drôle de roman que signe là Philippe Kerr, l’auteur écossais décédé en 2018. Esaü est à mi-chemin entre le roman d’alpinisme, le thriller et le roman d’espionnage. Comme un polar de série B agrémenté de mythes himalayens. Lecture de plage et d’été assurément !

On retrouve presque tous les ingrédients du bon film catastrophe : un alpiniste gentil, une scientifique amoureuse, un espion très vilain et un drôle d’animal – plus connu sous l’appellation « abominable homme des neiges » – qui court dans la montagne et sautille gentiment de crevasses en crevasses… Vous vous souvenez de Tintin au Tibet ? on s’y croirait !

Donc, reprenons le fil de l’histoire : Jack Furness est américain et alpiniste de renom. Lors d’une expédition sur le Machhapuchhare, une montagne sacrée de l’Himalaya, il est victime d’une avalanche qui le laisse seul survivant de son équipe. Tombé au fond d’une crevasse, il y découvre le crâne d’un hominidé (dont il va taire l’existence aux autorités). Rentré aux Etats-Unis, il soumet ce crâne à l’examen de Stella Swift, brillante paléo-anthropologue à Berkeley en Californie. Sur fond de love story « je t’aime, moi non plus » of course. Pas de doute, ce crâne est bien un chaînon maquant du genre gigantopithèque. Jack remonte donc une expédition scientifique pour partir à la quête du Graal (en la personne de l’abominable homme des neiges). Mais c’est sans compter l’agent du Pentagone qui s’incruste incognito, tout ça pour retrouver les débris d’un satelitte espion qui fait désordre en plein conflit au proche Cachemire…

Tempêtes de neige, parois de glace, trahisons politiques, moeurs des primates (et des hominidés !) : un condensé glacé pour ce thriller. A lire si le yéti vous en donne l’envie !

Résumé sur le site de l’éditeur : 

Les dieux n’ont pas apprécié que Jack Furness, alpiniste de renom, cherche à gravir le Machapuchare, une montagne sacrée dans le Sanctuaire des Annapurnas. Une avalanche engloutit son expédition, le laissant seul survivant. Mais lors de cette ascension interdite, il découvre le crâne d’un hominidé qu’il offre à sa petite amie épisodique, le Dr Stella Swift, paléoanthropologue à Berkeley.
Le résultat des analyses est surprenant : le fossile semble bien moins ancien que supposé au premier abord. Stella et Jack décident de partir au Népal pour tenter d’éclaircir le mystère… Un projet auquel la CIA ne demande qu’à participer. Au carrefour de la Chine, de l’Inde et du Pakistan, l’Himalaya ne constitue-t-il pas une zone particulièrement sensible ? Pour l’espion infiltré dans l’expédition, peu importent les méthodes employées pour accomplir sa mission…
Cette fois, Philip Kerr nous entraîne à cinq mille mètres d’altitude dans une histoire à couper le souffle, mêlant science, aventure, géopolitique et philosophie.

Esaü / Philip Kerr
Editions du Mont-Blanc – Collection Mont-Blanc Noir
Publié en juillet 2019 (publication originale : 1996)
ISBN : 978-2365450652
448 pages

Une réflexion au sujet de « Esaü »

  1. Ping : Des pages et des pages en 2020 | Déambulations Rennaises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s