Douve

Voilà un roman qui vous plongera dans les méandres sapineux d’un village français englué dans sa sauvagerie… Douve est le premier thriller de Victor Guilbert. Et tous les ingrédients sont réunis pour vous faire frissonner.

Douve n’est clairement pas la destination de rêve pour des vacances : « Rien ne colle dans ce village. Il sent le conifère moite et la désolation, mais son maire est un jeune cadre dynamique et l’unique bar est tenu par un type qui a la carrure pour faire des cocktails au Ritz. » (p. 106)
Et pourtant, c’est bien là que l’inspecteur Hugo Boloren, Brigade Criminelle de Paris, se rend pour la semaine de vacances printanières qu’il a enfin décidé de poser. Drôle d’idée ? pas tant que ça. Ce village, il le connaît bien. Il paraît même, d’après son père, qu’il l’aurait dans les veines…

Bien décidé à comprendre ce que cette phrase veut dire, Hugo se rend donc au bout de cette route sans issue, sur les traces de ses parents, lui flic, elle journaliste et écrivain. Le couple avait en effet posé ses valises à Douve le temps d’une enquête sordide il y a quarante ans. Aujourd’hui, le père est mort, la mère a la maladie d’Alzheimer et il ne reste plus à Hugo que son flair d’inspecteur et L’Evadé, le livre écrit par sa mère sur ce meurtre au village, pour comprendre pourquoi Douve lui coule dans les veines.

Une plongée inquiétante dans un village moribond peuplé de personnages aussi saugrenus les uns que les autres. Il y a la tenancière mal-aimable de l’auberge des Trois Sapins et son neveu Maurice, gérant de l’unique hôtel de Douve qui manie l’hospitalité comme les cocktails : « On les repère tout de suite, les professionnels du shaker, comme les vieilles danseuses. Il a officié dans les bars chics avant d’atterrir ici. Il a la prestance, le mouvement, le scintillement dans l’œil qui sert. On croirait qu’il va ingurgiter un breuvage merveilleux alors que c’est le même désastre pour le foie que dans n’importe quel rade. » (p. 51)
On trouve aussi Benjamin Chebot, le jeune maire du village, graphiste freelance, venu par amour, resté par amitié ; Mathilde, la jolie étudiante en droit, qui assure la survie de Douves en tenant l’épicerie ; Félicité et Grace Baldwin, les doyennes jumelles de Douve, anarchistes et au sens de la répartie élevé. Et puis, il y a le village, qui semble avoir sa propre vie et incarner à lui seul un personnage : « L’air est plus humide, plus froid. Les sapins ont peut-être moins d’aiguilles, ou alors c’est la route trop droite dans l’ambiance grisâtre qui donne l’impression de foncer dans des limbes. La luminosité ambiante ne correspond à aucune heure de la journée, ce n’est ni de l’aube ni du crépuscule, plutôt une longue lueur baveuse informe. Comme si le jour et la nuit avaient été des couleurs mélangées sur une palette de peintre. Un sale mélange ». (p. 49)

Ce freak show va créer quelques remous et mettre des bâtons dans les roues du jeune inspecteur. Mais Hugo est un fin limier, drogué au chocolat et à la bière locale et qui fonctionne à l’instinct en suivant « sa petite bille ». Il va détricoter un à un les fils de la pelote inextricable de ce village maudit. Avec un léger cynisme et une désinvolture où l’humour fait sourire le lecteur malgré la noirceur de l’aventure. « Quitte ou Douve » (p. 61) comme dirait le maire du village ! Hugo décide de rester jusqu’à faire la lumière sur les phénomènes étranges qui se déroulent depuis son arrivée…

Trois cent pages qui se lisent d’une traite ou presque. Un mystère qui s’épaissit au fil des pages et des personnages, au fil des alternances entre passé et présent, entre extraits du livre maternel L’Evadé et aventures rocailleuses de l’inspecteur Boloren. Une certaine lenteur tout de même emplit le roman, comme si la forêt et ses sapins empêchaient le temps de se dérouler normalement…

Résumé sur le site de l’éditeur :

 » Le gamin a Douve dans les veines. »
Cette phrase, prononcée par son père quand il n’était encore qu’un enfant, l’inspecteur Hugo Boloren ne l’a jamais oubliée. Alors quand il apprend qu’un meurtre a eu lieu à Douve, il y voit un signe. Son père est mort, l’Alzheimer a dilué les souvenirs de sa mère ; c’est sa dernière chance de comprendre en quoi ce village perdu au milieu d’une forêt de sapins lui coule dans les veines.
Tout ce qu’il sait, c’est que son père, policier lui aussi, a été envoyé à Douve il y a quarante ans pour enquêter sur la fuite médiatisée d’un Islandais accusé de meurtre, et que sa mère, journaliste, l’a accompagné pour écrire un livre sur l’affaire.
Que s’est-il passé là-bas et pourquoi ont-ils toujours refusé d’en parler ?
Armé du livre écrit par sa mère, Hugo Boloren va plonger dans ce village peuplé d’habitants étranges, tous unis par un mystère qui semble les hanter. Au fil de son enquête, une question va bientôt s’imposer : et si le meurtre qui a récemment secoué le village était lié au séjour de ses parents, quarante ans plus tôt ?

Douve / Victor Guilbert
Editeur Hugo & cie
Collection : Hugo Thriller
Parution : 7 Janvier 2021
ISBN papier : 9782755685831
298 p.
19,95 € / 9,99€ (ebook)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s