Piranhas

Roberto Saviano (décrit Naples comme personne. Il est l’anti-thèse des écrits de L’amie prodigieuse. A moins que ces derniers et la lutte fratricide des Solara ne soient le terreau finalement du Naples de Saviano…

Piranhas, c’est la mafia napolitaine version adolescente. C’est l’histoire d’un gang, petite souris, qui voulait devenir éléphant ou lion. Et au diable, la violence, les armes, les meurtres, les forts et les faibles, les trafics, les humiliations. Seule compte la paranza aka le gang !

Mais ce gang est un baby gang ; ils sont jeunes, naïfs mais croient dur comme fer devenir les plus grands caïds, tout en évinçant les vieux mafieux qui tiennent pourtant lieu de modèles. Et on suit page après page la plongée sans retour dans ce monde violent et cruel de la camorra napolitaine de Nicolas Fiorillo et sa bande de potes. Pour s’acheter les dernières paires de sneakers sorties sur le marché, ils vont s’armer, détrousser les mamies, tirer sur les toits-terrasses, se faire craindre autant que possible…

Aucun respect, aucune once d’humanité, c’est à la vie à la mort, pourvu qu’ils soient cités sur les réseaux sociaux et qu’on enterre les vieux mafieux : « Nicolas comprend ce jeu et toutes ses nuances. Il comprenait que derrière il y avait toujours la question du sang, de l’appartenance, de ce qui était propre et de ce qui ne l’était pas. Aucune théorie n’unissait ces concepts vieux comme l’humanité. Propre et sale. Qui dit ce qui est propre ? Qui dit ce qui est sale ? Le sang, toujours le sang. Celui qui est propre et ne doit pas se mêler à celui qui est sale, le sang des autres. Nicolas avait grandi parmi ses questions, ses amis aussi, mais il voulait avoir le courage d’affirmer que ce système était vieux. Et qu’il fallait le dépasser. L’ennemi de ton ennemi est ton allié, indépendamment du sang et des relations. Si, pour devenir ce qu’il voulait devenir, il devait aimer celui qui lui avait appris la haine, eh bien, il le ferait. Que le sang aille se faire foutre. Camorra 2.0. »

Un roman violent, qu’on lit en apnée, sans savoir ce qu’on va trouver à chaque chapitre.

Résumé sur le site de l’éditeur :

Naples, quartier de Forcella. Nicolas Fiorillo vient de donner une leçon à un jeune homme qui a osé liker des photos de sa copine sur les réseaux sociaux. Pour humilier son ennemi, Nicolas n’est pas venu seul, il s’est entouré de sa bande, sa paranza : ils ont entre dix et dix-huit ans, ils se déplacent à scooter, ils sont armés et fascinés par la criminalité et la violence. Leurs modèles sont les super-héros et les parrains de la camorra. Leurs valeurs, l’argent et le pouvoir. Ils ne craignent ni la prison ni la mort, mais une vie ordinaire comme celle de leurs parents. Justes et injustes, bons et mauvais, peu importe. La seule distinction qui vaille est celle qui différencie les forts et les faibles. Pas question de se tromper de côté : il faut fréquenter les bons endroits, se lancer dans le trafic de drogue, occuper les places laissées vacantes par les anciens mafieux et conquérir la ville, quel qu’en soit le prix à payer.
Après le succès international de Gomorra et d’Extra pure, Roberto Saviano consacre son premier roman, Piranhas, à un nouveau phénomène criminel napolitain : les baby-gangs. À travers une narration haletante, ce roman inspiré de la réalité nous montre un univers sans concession, dont la logique subjacente n’est pas si différente de celle qui gouverne notre société contemporaine.

Piranhas / Roberto Saviano
Traduit de l’italien par Vincent Raynaud
Gallimard – collection Du monde entier
Parution : août 2018
352 pages
22 €
IISBN 979-2-07-275404-3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s