Archives pour la catégorie Miam-miam

Serial killeuse en puissance ?

… ou comment la nature humaine peut rapidement basculer du côté obscur de la force ! Je suis en effet devenue serial killeuse de maquereaux durant les vacances avec le concours de mon ami d’enfance et de toujours Juju. Vaillants navigateurs, nous avons pris la mer sur Ratatchou, la mini-coque insubmersible dont Juju est l’heureux copropriétaire. Navigateurs peu expérimentés s’abstenir ! on y navigue au ras de l’eau, un bon vieux bout de bois fait office de clapet de dalot, un petit moteur faisant teuf-teuf au démarrage nous mène où seul veut le vent ! Assurance-vie obligatoire et numéros de la SNSM et du CROSS CORSEN à avoir sur soi !

Nous nous sommes donc rendus au large de la plage des Grands Sables au Pouldu et avons jeté notre mitraillette. Pour les novices, la pêche aux maquereaux se pratique en effet avec une ligne comportant plusieurs hameçons munis de leurres et nommée mitraillette. Après quelques tentatives infructueuses qui me valurent le rappel du doux surnom de Black Minou, la chance vint nous tenir compagnie ! Bien que sans sondeur, nous étions positionnés juste au dessus du banc… Et là, la magie (et la transformation obscure) s’opère ! A peine la ligne déroulée, on ressent le frétillement et le poids des poissons violemment harponnés aux hameçons ! il s’agit alors pour le bourreau de relever sa ligne avec hâte, sans perdre une seule de ses victimes, de les remonter à bord du bateau et, après les avoir détachés des hameçons (en prenant garde de ne pas y laisser la moitié de ses doigts), de les laisser agoniser lentement mais sûrement à fond de cale… On se prend vite au jeu de cette pêche facile et plutôt ludique ! S’il est aussi facile d’être dictateur et tortionnaire que pêcheur de maquereaux, je comprends mieux le cours de l’Histoire !

S’ensuit ensuite une toute autre épreuve : vider les pesked ! Amarrés à quelques encablures de la plage, devant le nez des touristes en maillot profitant des rayons du soleil en cette après-midi ensoleillée d’avril, j’ai appris à vider un maquereau. Et l’opération est délicate ! il faut d’abord pratiquer une longue incision sur le ventre de la bête, lui saisir les branchies et en les tournant, les arracher toutes ensemble, faisant ainsi venir tous les boyaux et tripes contenus dans ce corps à écailles… Il me faudra encore quelques maquereaux pour être parfaitement opérationnelle ! Mais le régal auquel mes papilles ont eu le droit ensuite me font penser que l’été sera propice à l’amélioration de mes performances de serial killeuse…

Rondes gourmandises

Je sais, le macaron, c’est surfait… Mais il s’agissait d’un différend familial de longue date (et inexplicable ici en si peu de lignes). Ma tante a débarqué du TGV de Paris avec dans sa valise cette petite boîte verte et ça m’a donné le sourire toute la journée ! d’autant que j’étais passée chez Bouvier juste auparavant… Alors, entre Bouvier et Ladurée, à votre avis, qui a gagné ?

Régression culinaire

J’ai de nouveaux emporte-pièces : un diable fourchu, un grand bonhomme, un nounours et un bonhomme de neige ! et je m’amuse comme une folle à faire des sablés au cumin, des sablés à la cannelle et autres grignoteries :

Ce qui me fait sourire le plus, c’est de sortir mon rouleau à pâtisserie… j’ai vraiment l’impression avec cet ustensile de cuisine d’être une vraie ménagère cantonnée à ses fourneaux ! Un grand merci à ma soeur « allemande » qui a déniché ces derniers au Marché de Noël de Stuttgart. Ils ont rejoints leurs nombreux copains :

Coco de Paimpol : le baptême

Grande expérience culinaire en ce dimanche 04 octobre ! Je déambulais sagement vendredi au marché quand j’ai repéré sur le chaland de mon habituel vendeur de légumes des cocos de Paimpol… Ni une ni deux, me voilà repartie avec un kilo de cette légumineuse que je ne connaissais que de nom ! J’ai suivi presque à la lettre la recette donnée par mon marchand ambulant : Coco de Paimpol à la bretonne (avec tomates fraîches et poivron vert – il faudra juste m’expliquer ce que le poivron a de bretonnant…).

Aussitôt cuit, aussitôt dégusté ! verdict : le coco de Paimpol, c’est sympa ; rien à voir avec le flageolet ! beaucoup plus goûté ! Je viens même de découvrir qu’il existe une confrérie du coco de Paimpol… tout un monde culinaire s’est ouvert à moi ce dimanche ! mes papilles sont ravies…

Sale temps pour la cochonaille !

Vu chez Viinz hier matin : le concours Regioneo. A vous de choisir : vous préférez passer un WE à St Malo ou sacrifier ce gros cochon et le transformer en travers, côte et rôti sur un barbec’ géant ?
Pour ma part, rennaise que je suis, le WE à St Malo ne me tente pas… Mais le cochon sur le barbec’ avec les potes, ça me botte ! ça me rappellera le WE cochonaille à Loctudy avec les Brestois il y a un an…quand Arnold a bien failli ne pas finir sur la broche à cause de la tempête qui régnait dehors…


Arnold, Loctudy, septembre 2008

Et vous, adepte de la SPA ou des côtelettes, votez !

Baptême de Thanskgiving

Invitée par nos 3 lecteurs américains (Cynthia, Sarah et Todd), j’ai participé à mon tout premier Thanskgiving ! Soirée fort sympathique où j’ai enfin découvert la vraie gastronomie américaine…rien à voir avec le cheeseburger !!!
Nos 3 expatriés avaient assuré et concocté pour nos estomacs de quoi nous sustenter pendant des jours… : Sauce pour les dips made in Sarah – Œufs mayonnaise à l’échalotte (recette de la grand-mère de Todd si je ne m’abuse) – Dinde farcie – Gratin d’échalottes -Salade de choux de Bruxelles – Purée de patates douces – Tarte à la citrouille – Apple pie – Gâteau à la cannelle glacé au kiri, au beurre et aux noisettes…des couleurs, des goûts inconnus au grand dam de nos estomacs !
La dinde était dodue…et moi bien repue !!!

Cantharellus tubaeformis est de retour !!!

Samedi matin….grand soleil sur Rennes et rigueur du thermomètre de saison !
….c’est décidé ! nous partons à la cueillette aux champignons avec Dany et Audren en forêt de Rennes. Mon amie la chanterelle en tube est de retour sur la mousse et près des souches pourries….je la traque sans pitié et remplis mon panier ! Petite cueillette de deux heures, sous le soleil et au calme…pas un chat ou un ramasseur de champignons aux alentours !
Nous avons tout dévoré le soir avec des tagliatelles, des lardons et de la crème fraîche bien dodue du fromager… Mes papilles en salivent encore !
Vivement les vacances dans une semaine que j’aille arpenter les sous-bois finistériens !

Chocolats de Pâques

A défaut de rentrer dans le Finistère chercher une cocotte dans le jardin à Brigneau, j’ai concocté des petites crèmes au chocolat d’après la recette de chef Perrine…succulentes !!! Recette partagée avec les éventuels gourmands intéressés…