Archives pour la catégorie Pas glop pas glop

Un seul félin vous manque et tout est dépeuplé…

L’insuffisance rénale aura été la plus forte. Et pourtant, il a vaillamment lutté.

ete2012
Contre les médocs journaliers, matin et soir.
Contre cette satanée soif qui le taraudait certains jours, m’obligeant à laisser couler le robinet pour qu’il daigne boire un peu d’eau.
Contre cette nourriture appétante, et non appétissante, mais pauvre en protéines, nécessaire pour ralentir l’évolution de la maladie.
Contre ses crises épuisantes, qui le rendait plus que nauséeux.

Chat-Malo, telle une rock star, a eu le droit à sa surdose de barbituriques mardi 05 mars. Pour mettre fin à ses souffrances. Pour mettre fin à sa fatigue. Pour mettre fin à presque quatorze ans de miaulements, de câlins, de jeux avec les reflets face au soleil, de courses folles dans le jardin, de jeux avec Olive et Popeye, ses deux cousins rouquins, de mode chat-écharpe autour du cou parce que c’est là qu’on est le mieux au fond…

Son fan-club pleure. L’absence est terrible, injuste, cruelle.

Malo repose sous le noyer dans le jardin de mon home sweet home familial, dans le Finistère, à quelques encablures de son lieu de naissance. Comme un retour aux sources. Il paraît que les chats ont plusieurs vies, c’est tout ce que je lui souhaite…

Malo

Publicités

Celle qui ne devrait jamais frapper à votre porte…

Elle est là, tapie dans l’ombre et l’obscurité. Silencieuse et en retrait. On le sait, on l’entrevoit mais on refuse sa présence. Jusqu’au jour, où elle débarque, avec force, en pleine lumière. Avec violence ou douceur. De façon plus ou moins inattendue. Toujours de façon injuste par contre. On ne l’a pourtant jamais invitée à entrer chez nous. A poser, ne serait-ce qu’un pied sur le pas de la porte.

La Grande Faucheuse n’aura pas épargné mon entourage cette année… Elle s’est attaqué sans répit aux jeunes, aux moins jeunes, à la famille proche, aux parents des amis. Elle les a emportés, sans préavis, en nous laissant plonger, la tête la première, dans la douleur et l’incompréhension.

Aujourd’hui encore, elle a emporté une vie et laissé un grand vide. Des larmes qui coulent toutes seules au beau milieu de cette très belle église, des mots qui refusent obstinément de sortir, même sur le papier. Et une immense tristesse pour elle, elle qui vient de perdre un être très cher,  elle que je ne sais comment réconforter. Au moins un tout petit petit peu…

Sur le quai

Les Glenan – St Nicolas – Août 2012

Moleskine de Juin aux abonnés absents

Pour faire bref, concis et rapide : en ce mois de Juin 2012, il n’y aura pas de Moleskine. Il faudra vous débrouiller sans moi…
La raison ? Malo, mon chat, est gravement malade. Après 4 jours passé sous perfusion à la clinique vétérinaire, il est de retour dans mon Home Sweet Home. Mais avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. On refait des analyses le 15 juin et s’il n’y a aucune amélioration, il faudra prendre une décision difficile.

Certains d’entre vous peuvent trouver ça hallucinant et irrationnel. Personnellement, je préfère passer les 4h que je mets habituellement au service du Moleskine mensuel à m’occuper de mon chat. Ce seront peut-être les dernières heures et jours que je passe en sa compagnie.
Voilà. Désolée donc pour ce Moleskine de Juin aux abonnés absents…

20120605-180020.jpg

Il y a des jours…

…où l’on voudrait que le téléphone n’ait jamais sonné.
…où l’on aurait voulu ne pas entendre ces quelques mots.
…où, comme Caliméro, on trouve que la vie est trop injuste.
…où l’on se sent bien impuissant.
…où la simple phrase « C’est la vie » nous est parfaitement intolérable.
…où l’on culpabilise de s’être amusée la veille au soir pendant que d’autres nous quittaient lentement.

Journée noire

On a volé mon fidèle destrier dans la nuit du vendredi 09 au samedi 10 avril en haut des Lices… et j’ai égaré un foulard samedi après-midi en allant rendre mes bouquins aux Champs Libres…
Dans mon malheur, j’ai trouvé un vélo abandonné près des containers à poubelles de mon immeuble dimanche midi… Les freins sont à refaire et je ne sais pas si la chaîne et les pneus sont en état.
Un apprenti-mécanicien parmi vous qui pourrait voler à mon secours ? mon éternelle gratitude (et une livraison de fondants au chocolat mensuelle durant un an) sont en jeu…

Algues vertes and co.

J’ai échappé à une mort atroce durant l’été 1984…et je viens seulement de m’en rendre compte !

[plage de Trenez, Moëlan sur Mer , Finistère]

Trève de plaisanterie ! Paix à l’âme de ce cheval et de ces deux chiens décédés dans les Côtes d’Armor… et shame on l’Etat français qui vient seulement d’admettre qu’il pouvait éventuellement y avoir des risques liés à cette prolifération d’algues vertes…
Un jour on reparlera peut-être aussi de l’eau parfumée aux nitrates en Bretagne…en attendant, heureusement qu’on a échappé à la centrale nucléaire de Brennilis !