Archives pour la catégorie salles obscures

2014 : Un début d’année sous le signe du cinéma en VO !

Hop ! tous dans les salles obscures dans les semaines à venir ! et en VO de préférence. Il y aura de quoi faire à Rennes et aux alentours, pourquoi s’en priver ?

Du 15 au 21 janvier 2014 : Festival Télérama (TNB et Arvor – Rennes)
17ème édition pour voir et revoir les meilleurs films de l’année dans les salles Art & Essai. Tarif : 3 euros grâce au pass pour 2 personnes à découper dans le Télérama du 8 et du 15 janvier 2014 (comment ça, tu n’est pas abonné ? damned ! )

festival-cinema-telerama-2014
Festival Ciné Télérama à Rennes : semaine du 15 au 21 janvier 2014 à l’Arvor :
Inside Llewyn Davis / Joel et Ethan Coen (VOSTF anglais)
Frances Ha / Noah Baumbach (VOSTF anglais)

Festival Ciné Télérama à Rennes : semaine du 15 au 21 janvier 2014 au TNB :
Blue Jasmine / Woody Allen – VO angl
Django Unchained / Quentin Tarentino – VO angl
La Danza de la Realidad / Alejandro Jodorowsky – VO esp.
Le Géant égoïste (The Selfish Giant) / Clio Barnard – VO angl
Prisoners / Denis Villeneuve – VO angl.
Snowpiercer / Bong Joon Ho – VO angl.

Du 28 janvier au 04 février 2014 : Semaine du cinéma Britannique (Grand Logis à Bruz)
Valoriser le cinéma indépendant britannique, découvrir des jeunes réalisateurs exigeants aux scénarios souvent brillants, les œuvres majeures des grands auteurs, telle est l’ambition de cette 6e édition. Au programme des films qui nous rassemblent, surprennent, déroutent parfois, questionnent souvent notre humanité sans oublier les rencontres, les débats et le palmarès du jury!
Programme et synopsis des films ici
festival_britannique
Au programme :
Titus / Charlie Cattrall (Mardi 28 janvier à 20h30 (soirée d’ouverture) – Mercredi 29 janvier à 18h30)
About Time / Richard Curtis (Mercredi 29 janvier à 16h)
Exocet (film documentaire) (Mercredi 29 janvier à 20h30)
Philomena / Stephen Frears (Jeudi 30 janvier à 18h30 – Lundi 3 février à 18h30)
For those in peril / Paul Wright (Jeudi 30 janvier à 20h30 – Samedi 1er février à 16h30)
The selfish giant / Clio Barnard (Vendredi 31 janvier à 18h30 – Lundi 3 février à 20h30)
Twelve years a slave / Steve McQueen (Vendredi 31 janvier à 20h30 – Samedi 1er février à 19h30)
Believe / David Scheinmann (Samedi 1er février à 20h30)
Trilogie de Bill Douglas : My Childhood + My ain folk + My way home (Dimanche 2 février à 15h)
Un week-end à Paris / Roger Michell (Mardi 4 février à 20h30 : soirée de clôture)

Du 17 au 28 janvier 2014 : Filmissimo : Semaine du cinéma italien (Ciné Cinéville – Rennes)
Pour sa 14ème édition, la semaine du cinéma italien revient au Cinéville Colombier du 17 au 28 janvier. Au programme 8 films en versions originales sous-titrées en français. Au tarif habituel du cinéma ou pass 4 films au choix (non nominatif) : 18 euro.

filmissimo-2014
Ali a les yeux bleus / Claudio Giovannesi
Chaque jour que Dieu fait / Paolo Virzì
D’Acier / Stefano Mordini
Salvo / Antonio Piazza, Fabio Grassadonia
Miele / Valeria Golino
La Grande Bellezza / Paolo Sorrentino
Dracula / Dario Argento
Moi et toi / Bernardo Bertolucci

Du 25 février au 04 mars 2014 : Travelling Rio
Pour son 25e anniversaire, Travelling fête Rio ! alors prends ton ticket et viens, on traverse l’Atlantique, direction le Brésil !

festival-travelling-rio-2014
(Et là, je copie-colle lâchement ce qu’on trouve sur le site de Clair Obscur, l’asso organisatrice. Mais ce sont eux qui parlent le mieux de leur festival et de sa thématique ! )

Copacabana, le Pain de Sucre, Le Christ Rédempteur et le carnaval sont devenus les emblèmes d’un Brésil mythique où se mêlent joie de vivre et romantisme, décors majestueux de comédies musicales, de films d’aventure trépidants, d’Une nuit à Rio d’Irving Cummings à OSS 117 : Rio ne répond plus de Michel Hazanavicius.

Des cinéastes dévoilent aussi des réalités où coexistent déséquilibres sociaux, violence, chaleur humaine et métissages de Rio 40° de Nelson Pereira dos Santos à La Cité de Dieu de Fernando Meirelles, Katia Lund en passant par Orfeu Negro de Marcel Camus, La Grande ville et Le Plus grand amour de Carlos Diegues, Central do Brasil de Walter Salles, Madame Sata de Karim Aïnouz…

Ces voyages dans la Ville Merveilleuse seront l’occasion de découvrir un Brésil où les questions d’identité, l’errance, la musique et la littérature sont toujours présents …

Embarquement, avant la Coupe du Monde de football et les Jeux Olympiques, pour une cinéphilie vivante, curieuse, dans les salles de Rennes Métropole, sans oublier les rendez-vous festifs au Liberté / L’Etage !

Programme en cours d’élaboration, à consulter ici dans quelques semaines !

Incendies le film que j’aurais voulu ne jamais voir…

Il m’aura fallu plus d’un an et demi pour trouver les mots et le courage de les écrire. Pour oser coucher sur le clavier ces sensations sombres, cette nausée épouvantable qui ont trouvé place en moi. C’était en janvier 2012, lors du festival Télérama. Je suis allée à l’Arvor avec un couple d’amis. Je m’en souviens comme si c’était hier. Nous étions lovés au chaud au fond du Bateau Ivre, à siroter des bières. Ils m’ont proposé de les accompagner pour voir la rediffusion du film Incendies de Denis Villeneuve et j’ai accepté. Je n’avais pas prêté l’oreille à la sortie de ce film en janvier 2011. J’aurais peut-être dû.

Incendies est donc un film québécois réalisé par Denis Villeneuve et inspiré de la pièce de théâtre Incendies de Wajdi Mouawad, elle-même inspirée de la vie de Souha Bechara. (merci Wikipédia !)

Le film débute par une scène sans paroles, accompagnée du seul titre poignant de Radiohead, You and Whose Army. Des enfants, aux mains de militaires, sont tondus. Dès le début, ces images sont un coup de poing et nous font plonger dans un océan de guerre, de violence. Le regard de l’enfant est insoutenable. Et puis on glisse vers une salle d’archives où un homme appuyé contre une étagère semble porter le poids du monde sur ses épaules. Trois minutes d’intro qui vous serrent déjà la gorge.

Le tourbillon ne fait que commencer. Par deux fois, j’ai eu envie d’échapper au film, à ses images, à cette histoire infiniment épouvantable. Par deux fois, j’ai voulu m’éjecter de ce fauteuil de cinéma et courir respirer l’oxygène de la rue d’Antrain. Par deux fois, je n’ai pas trouvé la force de le faire, les jambes paralysées par l’horreur et les abominations et j’ai subi le film, me ratatinant encore plus dans ce fauteuil. Les films de  guerre, ce n’est jamais drôle. Mais cette guerre, entre une femme et son pays, entre une mère et son fils, entre une mère et ses enfants, entre des enfants et leur père, est tout bonnement atroce.

Nous sommes ressortis bouleversés de l’Arvor. En silence.
Ecrire ces quelques mots et me souvenir, juste un peu, de ce film, me redonne un violent coup de poing dans l’estomac…
Si vous avez le courage, n’hésitez pas à regarder ce film. Un très grand film, dont la beauté n’a d’égale que sa violence.

Synopsis officiel : Lorsque le notaire Lebel fait à Jeanne et Simon Marwan la lecture du testament de leur mère Nawal, les jumeaux sont sidérés de se voir remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l’autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de Nawal, enfermée ces dernières années dans un mutisme obstiné depuis son lit d’hôpital. Elle décide immédiatement de partir au Moyen-Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien…
Le jeune Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère avare d’affection qui a passé sa vie à leur empoisonner l’existence. Mais son amour pour sa soeur le poussera bientôt à rejoindre Jeanne au Moyen-Orient sur la piste d’une Nawal bien loin de la mère qu’ils ont connue…

Travelling 2013 : entre kilt et whisky

J-quelques jours avant l’ouverture du festival de cinéma Travelling ! Pour sa 24e édition, du 19 au 26 février 2013, Travelling explore deux villes, Édimbourg et Glasgow, et pose ses valises en Écosse. Tour d’horizon très subjectif parmi les nombreuses propositions…

travelling

En kilt dans les salles obscures…
Séances indiquées pour Rennes. Certains films sont aussi programmés dans les salles de cinéma de Bruz, Betton, Acigné, Chartres de Bretagne…

Vous voulez voir des vikings par milliers ?
* Le Guerrier Silencieux, Valhalla Rising (De Nicolas Winding Refn)
Danemark / Royaume-Uni – 2009 – 1h29 – Avec Mads Mikkelsen, Maarten Stevenson, Ewan Stewart, Gary Lewis
Le Guerrier Silencieux détonne par son aspect elliptique voire ascétique. Wending Refn, le réalisateur de Drive et de la trilogie Pusher, remet ici les films de viking à l’honneur: la boue, le vent, les clapotis de l’eau sont omniprésents alors qu’au loin résonnent les craquements des os de guerriers croisés, empêtrés les terres vierges d’Ecosse.
Séances : jeudi 21 à 20h30 au TNB – dimanche 24 à 18h00 au Gaumont

Férus de highlands ?
* Shell (De Scott Graham)
Grande-Bretagne – 2012 – 1h30 – Avec Chloe Pirrie, Brian McCardie, Kate Dickie, Morven Christie
Shell vit avec son père Pete dans une station service isolée dans les Highlands écossais. Tous les deux seuls, se battant contre les éléments, et leur amour impossible l’un pour l’autre. Alors que Pete se retire dans la solitude, Shell agit comme une sirène et attire les passants. Bien qu’elle ne le sache pas encore, cet hiver sera son dernier à la station-service…
Séances : samedi 23 à 20h15 au Gaumont – Lundi 25 à 14h00 au Gaumont

* Brigadoon (De Vincente Minnelli)
Etats-Unis – 1954 – 1H48 – Avec Gene Kelly, Van Johnson, Cyd Charisse
Jeff Douglas, homme désabusé et Tommy Albright, idéaliste, découvrent au cours d’un voyage dans les Highlands d’Ecosse un village fantastique qui surgit tous les cent ans. Tandis que Jeff décide de rester dans Brigadoon, Tommy, bien qu’amoureux de Fiona, quitte le village. De retour à New York, il s’aperçoit de son erreur. Il retourne en Ecosse, mais le village a disparu.
Séances : Mercredi 20 à 16h00 à l’Arvor – Samedi 23 à 20h00 au Triangle

Fans de Stevenson ?
* L’Île au trésor (Treasure Island) (De Victor Fleming)
Etats-Unis – 1934 – 1h43 – N&B – Avec Wallace Beery, Jackie Cooper, Lionel Barrymore
Le jeune Jim Hawkins trouve dans le coffre du vieux Billy Jones la carte de l’île au trésor du capitaine Flint. Jim se met en route pour trouver ce trésor mais le pirate Long John Silver convoite également le butin. Où est le trésor ? Qui s’en emparera ?#Une version mythique du chef d’oeuvre de Stevenson qui allie le burlesque, le rêve et l’aventure, menée tambour battant.
Séances : Mercredi 20 à 14h00 au Gaumont – Mercredi 20 à 18h00 au Tambour – Lundi 25 à 16h00 au Gaumont

Travelling2013-lerecuperateurdecadavres* Le Récupérateur de cadavres (The Body Snatcher) (De Robert Wise)
Etats-Unis – 1945 – 1h17 – N&B – Avec Boris Karloff, Bela Lugosi, Henry Daniell
Issu de la nouvelle éponyme de Stevenson, Le Récupérateur de cadavres est adapté au cinéma par le célèbre réalisateur (Nous avons gagné ce soir, West Side Story…) et monteur (Citizen Kane, La splendeur des Amberson…), Robert Wise. A Édimbourg au XIXe siècle, Joseph devient l’assistant du célèbre chirurgien et professeur MacFarlane. Pour ses cours d’anatomie ainsi que pour ses propres recherches, ce dernier a besoin de corps humains. Or, les cadavres manquent. Pour pallier à ce défaut l’assistant Joseph doit se confronter au sinistre Gray, homme en charge de résoudre le problème.
Séances : Mercredi 20 à 18h30 au Gaumont – Jeudi 21 à 16h00 à l’Arvor

* Dr. Jekyll and Sister Hyde (De Roy Ward Baker)
Royaume-Uni – 1971 – 1h37 – Avec Ralph Bates, Martine Bewick, Gerald Sim
Produit par la Hammer, une société anglaise célèbre pour ses films fantastiques et d’horreur, le scénario est conçu sur une idée originale: Jekyll ingurgite sa potion et se transforme en femme !! il ètait prévu à l’origine que les deux personnages soient interprètès par une seule personne mais l’idée, fantaisiste, n’aboutit pas! Le couple Ralph Bates-Martine Beswick se concrètisa dans cette insolite adaptation du roman de Stevenson avec un soupçon d’humour tragique et d’érotisme…
Séances : Mercredi 20 à 20h30 au Tambour – Vendredi 22 à 22h30 au Gaumont

Travelling2013-drjekyllsisterhyde

* Dr. Jekyll and Mr Hyde (De Victor Fleming)
Etats-Unis – 1941 – 1h53 – Avec Spencer Tracy, Ingrid Bergman, Lana Turner
Le Dr. Jekyll est un chercheur passionné. La mort d’un de ses malades l’affecte profondément car il pense qu’il aurait pu le sauver. Il décide alors de devenir le propre sujet de ses expériences et boit le breuvage qu’il vient de mettre au point. Il est immédiatement soumis à des visions démentes. Se regardant dans la glace, il découvre qu’il n’est plus le même homme…
Séances : Vendredi 22 à 10h00 à l’Arvor

* Dr. Jekyll and Mr. Hyde (De Rouben Mamoulian)
Etats-Unis – 1931 – 1h38 – N&B – Avec Fredric March, Miriam Hopkins, Rose Hobart
le Dr Jekyll est un homme tout aussi bon qu’impatient. En parallèle avec son désir d’ivresse amoureuse auprès de sa fiancée, il élabore une potion lui permettant de révéler son âme, révéler son mal. Les pulsions mises à jour par le breuvage contaminent le bon docteur Jekyll : les obsessions lubriques, la violence et la sadisme s’emparent de lui.
Séances : Vendredi 22 à 16h00 au TNB – Samedi 23 à 22h15 au TNB

Fans de natation ?
Travelling2013-unebellejournee* Une belle journée (On a Clear Day) (De Gaby Delall)
Royaume-Uni – 2005 – 1h45 – Avec Peter Mullan, Brenda Blethyn, Billy Boyd
Frank vient de perdre son emploi. Lui qui était respecté par tout son entourage se retrouve brutalement sans repère. Au cours d’une conversation avec un ami, le défi lui est lancé de traverser la Manche à la nage… Avec en toile de fond la fermeture des chantiers navals de Glasgow, du cinéma populaire au sens noble du terme, lucide et vivifiant.
Séances : Samedi 23 à 14h00 à L’Arvor – Mardi 26 à 18h15 au Gaumont

Fans de décibels sur fond de love story ?
* Rock’N’Love (You Instead) (De David Mackenzie)
Royaume-Uni – 2011 – 1h20 – Avec Luke Treadaway, Natalia Tena, Mathew Baynton
Adam, pop star américaine, et Morello, une jeune rockeuse britannique indé, doivent se produire dans le festival rock T in the Park en Ecosse. Alors que tout les oppose, ils se retrouvent menottés l’un à l’autre. Adam a du mal à supporter cette alliance forcée jusqu’à… Une histoire d’amour euphorisante avec en toile de fond la découverte d’un plus grands festivals de rock de Grande-Bretagne.
Séances : Mercredi 20 à 14h00 à l’Arvor – Jeudi 21 à 14h00 au CinéTNB – Samedi 23 à 22h30 au Gaumont

Fans de love story sur fond d’intégration ?
* Just a Kiss (Ae Fond Kiss…) (De Ken Loach)
Royaume-Uni – 2004 – 1h44 – Avec Atta Yaqub, Eva Birthistle, Ahmad Riaz
Casim Khan, DJ dans une discothèque de Glasgow, doit se marier avec sa cousine, selon la volonté de ses parents. Cette dernière doit arriver prochainement du Pakistan, mais les choses ne se passent pas comme prévu quand Casim rencontre Roisin, une jeune enseignante catholique. Remarquablement interprétée, une comédie sociale, sensible et humaine dans cette ville multiculturelle.
Séances : Vendredi 22 à 18h00 à l’Arvor – Dimanche 24 à 20h15 à l’Arvor

Travelling2013-Justakiss

Fans de microbes (sur fond de love story) ?
* Perfect Sense (De David Mackenzie)
Royaume-Uni – 2011 – 1h32 – Avec Ewan McGregor, Eva Green, Lauren Tempany
Une étrange pandémie se propage dans le monde. Un à un, les sens des humains disparaissent, à commencer par le goût et l’odorat. A Glasgow, deux êtres seuls se rencontrent et s’aiment malgré la maladie : Michael, chef cuisinier, et Susan, épistémologiste. L’un et l’autre, au coeur du désastre par leurs professions se concentrent alors sur leur relation passionnée. The life must go on, the show must go on.
Séances : Jeudi 21 à 20h30 à La Guerche de Bretagne – Vendredi 22 à 20h30 à Bruz – Mardi 26 à 20h30 à Betton

Sur la réinsertion et ses difficultés
* Boy A (De John Crownley)
Royaume-uni – 2007 – 1h40
Un autre nom. Une nouvelle vie. Désormais, Eric est Jack. Son assistant social, Terry, qui l’aime comme un fils, lui a trouvé une chambre et un travail loin, très loin du drame de jadis. Jack est manutentionnaire. Son patron, ses collègues savent qu’il a fait de la taule : des voitures volées, croient-ils, des blagues d’ado… La vérité, ils sont loin de s’en douter. Il ne faut pas qu’ils la sachent – à aucun prix. Ne rien dire à personne, jamais, lui a dit Terry… Jusqu’au jour où, pour avoir sauvé de la mort une petite fille, Jack devient, contre son gré, un petit héros local. Et le passé se réveille. Et le scandale. Et le rejet…
Séances : Vendredi 22 à 18h00 au Gaumont – Mardi 26 à 18h00 au CinéTNB

Fans d’Hitchcock ?
* Les 39 marches (The 39 Steps) (De Alfred Hitchcock)
Royaume-Uni – 1935 – 1h26 – N&B – Avec Robert Donat, Madeleine Carroll, Lucie Mannheim
Un homme recherché pour le meurtre d’une Mata-Hari est poursuivi par un groupe d’espions nazis, mais aussi par la police britannique…
Séances : Jeudi 21 à 22h00 au Gaumont – Vendredi 22 à 14h00 au Gaumont

Du Ken Loach à la louche
* La Part des anges (The Angel’s Share) (De Ken Loach)
Royaume-Uni  – 2012 – 1h41 – Avec Paul Brannigan, John Henshaw, Gary Maitland
A Glasgow, Robbie croise la route de Rhino, Albert et Mo lorsque, comme eux, il échappe de justesse à la prison mais écope d’une peine de travaux d’intérêts généraux. Henri, l’éducateur qu’on leur a assigné, devient alors leur nouveau mentor en les initiant secrètement… à l’art du whisky ! Prix du Jury Festival de Cannes 2012
Séances : Mercredi 20 à 14h00 au Ciné TNB – Jeudi 21 à 20h30 au Gaumont – Vendredi 22 à 14h00 au ciné TNB

* Sweet Sixteen (De Ken Loach)
Royaume-Uni – 2002 – 1h46 – Avec Martin Compston, Michelle Coulter, Annmarie Fulton
Liam est un ado de 15 ans. Il a du coeur, des tripes et de l’énergie à revendre. Comme de la drogue. Car c’est le moyen le plus efficace qu’il ait trouvé pour assurer un bonheur tout simple, celui d’un foyer, à sa mère, qui doit sortir de prison. Sauf que la réalité, elle, n’est jamais toute simple. Un style parfaitement épuré, un scénario d’une richesse inouïe et des acteurs bouleversants.
Séances : Jeudi 21 à 22h15 à l’Arvor – Samedi 23 à 16h15 à l’Arvor

* My Name Is Joe (De Ken Loach)
Royaume-Uni – 1998 – 1h45 – Avec Peter Mullan, Louise Goodall, Gary Lewis
Joe vit à Glasgow. Ancien alcoolique, il compense son manque en exerçant autant avec bonhomie qu’avec un esprit d’entraide diverses activités : entraîneur d’une petite équipe de football, peintre en bâtiment, conseiller matrimonial ou encore suppléant d’une assistante sociale, Sarah.
Séances : Mercredi 20 à 20h30 au Ciné TNB – Samedi 23 à 17h45 au Gaumont

Des petites touches d’Ecosse
Programme Bridging the Gap : des courts-métrages à la sauce écossaise…
Séances : Vendredi 22 à 16h00 à l’Arvor – Mardi 26 à 18h00 à l’Arvor
*Twinset de Amy Rose, 2012, 12’ : Thé et petits gâteaux, escarpins et murmures : dans une église en Essex, de vieilles dames accueillent dans leur club un imposant travesti.
* Arcadia de David Graham Scott, 2009, 9’ : Un projet d’implantation d’éoliennes gigantesques menace l’avenir d’un domaine de chasse dans le nord des Highlands.
* PS Your Mistery Sender de Benjamin Wigley, 2010, 9’ : Que signifient les surprenant objets que Paul Smith, le créateur de mode, reçoit par la poste depuis près de 20 ans, jamais emballés et sans mention d’expéditeur ?
* Pouters de Paul Fegan, 2011, 17’ : A Glasgow, Rab et Danny, rivaux depuis 25 ans, jouent à un sport singulier et clandestin qui existe en Écosse depuis près d’un siècle : la course de pigeons.
* Surpriseville de Tim Travers Hawkins, 2012, 10’ : Travelling dans une ville du XIX ème siècle bâtie par l’obsession du contrôle et la peur de l’autre.
* Caretaker for the Lord de Jane McAllister, 2010, 16’46 : Dans un quartier délabré de Glasgow, une communauté vieillissante s’accroche à son église, sur le point d’être fermée. Mais que restera-t-il à l’ancienne génération qui risque de perdre son seul lieu de distraction ?

On the rocks (or not) !
Travelling2013-whiskyagogo* Whisky à gogo (Whisky Galore!) (De Alexander Mackendrick)
Royaume-Uni – 1949 – 1h22 – N&B – Avec Basil Radford, Joan Greenwood, Catherine Lacey
Durant la Seconde guerre mondiale, les habitants d’une petite île écossaise se morfondent à cause de la pénurie d’alcool, la pire de toute les privation dans ces contrées. Un jour, un bateau chargé en caisses de whisky fait naufrage sur ces côtes pour le plus grand bonheur de tous, mais un officier anglais un peu trop zélé veille… Une vison anglaise d’une Écosse stéréotypée mais qui témoigne d’une énergie comique et d’une vraie fraicheur sacrément revigorante.
Séances : Lundi 25 à 18h00 au Gaumont

Travelling, ce n’est pas que du cinéma !

Des débats…
* JEUDI 14 – 18h00 – 4bis – Entrée libre
Soirée – débat : Glasgow la renaissance d’une ville ?
La rencontre sera introduite par le film Glasgow’s Turnaround (20’), avec la participation d’une de ses auteurs, Emmanuèle Cunningham-Sabot, Maître de conférences à Rennes 2, et de Dominique Bonnot, architecte à Saint-Brieuc. Le film aborde la question de la régénération urbaine de Glasgow à travers la requalification des anciens espaces industriels le long de la Clyde River. Le débat sera animé par Benoît Montabone des Cafés géographiques de Rennes, et Bertrand Guidon de la Maison de l’Architecture et des espaces de Bretagne, associations organisatrices de la soirée en partenariat avec le Festival.

* Mercredi 20 février – 18h30 – café des Champs Libres
Café Histoire sur « L’Ecosse, autonome demain ? » avec Anne Thiec
Après plus de 300 ans d’union avec les voisins anglais, la question de l’indépendance de l’Ecosse est aujourd’hui posée. Disposant de la majorité absolue au Parlement depuis mai 2011, les indépendantistes comptent vivement sur le référendum organisé en 2014. Mais toutes les conditions sont elles aujourd’hui réunies pour que l’Ecosse devienne indépendante ?
Anne Thiec est professeur à l’Université de Nantes et spécialiste de l’Ecosse.

Travelling2013-Parltscot

Des rappels historiques…
* Dimanche 17 – 16H00 – Salle de conférences Hubert Curien aux Champs Libres
Projection du documentaire « La Bataille de Culloden de Peter Watkins » (Grande-Bretagne, 1964,1h15, vostf)
En interrogeant les protagonistes de la bataille écossaise de Culloden (1746), où plus de 2000 Écossais succombèrent, victimes des combats et de la féroce répression qui s’abattit sur leur peuple et leur culture, Peter Watkins fait revivre devant sa caméra un des épisodes majeurs de l’histoire du Royaume-Uni.
La projection sera suivie d’une rencontre avec Erwan Cadoret, docteur en cinéma et passionné par les films de Peter Watkins.

Des concerts…
* Mercredi 20 février – 12h30 – Salle de conférences Hubert Curien aux Champs Libres
Concert version acoustique de François Audrain : Edimbourg, la ville à l’envers
Faisant suite à la tournée « les retours de l’école » qui l’a mené dans six pays, François Audrain poursuit son travail à Edimbourg dans le cadre du festival Travelling autour d’un projet vidéo avec des élèves écossais intitulé Edimbourg : la ville à l’envers.
La version acoustique (piano, violoncelle, guitare, voix) présentée aux Champs Libres laisse toute la place à la poésie des mots et des images. Une épure qui souligne, s’il en était besoin, le trait fin de ce carnet de voyage sonore.
Avec François Audrain, voix, guitare acoustique, piano ; Armel Talarmain, violoncelle ; Stéphane Grammont, images.

De la littérature…
* Mercredi 20 février – 18h30 – Les Champs Libres – Salle de conférences Hubert Curien
Rencontre autour de Robert Louis Stevenson par Michel Le Bris
Robert Louis Stevenson, une des grandes figures de la littérature du XIXe siècle, est né à Edimbourg en 1850. Son œuvre continue à séduire les lecteurs de tous âges et ses romans ou nouvelles (L’Etrange docteur Jekyll and Mister Hyde, l’Ile au trésor, Le Club du suicide…) nourrissent encore aujourdh’ui scénaristes et cinéastes.
Michel Le Bris, le spécialiste de Stevenson dans le monde, nous fera (re)découvrir l’écrivain écossais célébré toute la semaine du festival.

Une plongée dans l’univers de Dr Jekyll & Mr Hyde…
Travelling2013-1932_dr_jekyll_and_mr_hydeVendredi 22 février – journée thématique Dr Jekyll and Mr Hyde
Projection, rencontre/table ronde sur les adaptations de Stevenson au cinéma, lecture d’extraits de ses livres, de synopsis… 6 projections en salle de cinéma Gaumont, Ciné TNB et Arvor.
* 11h15 – au Liberté
Projection Dr Jekyll et M. Hyde de Victor Flemming précédé de Dr Jekyll et M. Hyde de Lucius Henderson

* 13h00 – au Liberté
Projection Dr Jekyll et M. Hyde de John S. Robertson précédé Dr Pickle and Mr Pride réalisé par Scott Pembroke et Joe Rock avec Stan Laurel

*  14h30 – au Liberté / L’Etage – Entrée libre
Rencontre : Cinq variations cinématographiques du Dr Jekyll et Mr Hyde ou comment la nouvelle a inspiré le cinéma
Professeur émérite de civilisation américaine et de cinéma, Francis Bordat analysera cinq films d’après l’Etrange cas du Dr Jekyll et M. Hyde tournées entre 1920 à 1996, cinq adaptations, signées John Robertson, Rouben Mamoulian, Victor Flemming, Jerry Lewis et Stephen Frears.

* 16h00 – au Liberté
Projection Dr Jekyll et M. Hyde de Rouben Mamoulian

* Vendredi 22 février – 18h00 – au Liberté / L’Etage. – Entrée libre
Rencontre : Un siècle de métamorphoses de Jekyll en Hyde par Dominique Colladant
De Nosferatu de Werner Herzog en passant par la Chambre des officiers de François Dupeyron à la Conquête de Xavier Duringer, Dominique Collandant a travaillé sur plus de cent films en tant que spécialiste des effets spéciaux et maquilleur depuis 1977. A l’appui d’un montage d’extraits des transformations de Jekyll de 1912 à aujourd’hui, il nous livrera les secrets et les évolutions de son métier.

* 19h30 – au Liberté
Projection Jekyl, épisode de la série réalisé par David Mackinnon et Matt Lipsey

* 20h30 – au Liberté
Projection Mary Reilly de Stephen Frears

* 22h30 – au Liberté
Projection Dr Jekyll et Sister Hyde de Roy Ward Baker

* 22h30 – au Liberté
Ciné-concert avec Loup Barrow

L’Ecosse, version gastronomie
* Jeudi 21 – 19h00 – au Liberté – Soirée pour 80 personnes – 5 / 8,50 €
Dégustation de whisky et cinéma
Avec notre partenaire la société Moët Hennessy Diageo, venez déguster trois whiskies haut de gamme accompagnés chacun d’un toast dont la saveur est spécifiquement assorti au whisky qu’il accompagne.
Entrée 5 € et 8,50 € avec une entrée pour La Part des anges (de Ken Loach) qui sera diffusé au Gaumont à l’issu de la soirée.

* Dimanche 24 – au Liberté  / L’Etage
Travelling2013-haggisHaggis et concert…
Clin d’œil aux « fantaisies écossaises de Rachel Barton Pine », en collaboration avec l’Orchestre Symphonique de Bretagne.
Cérémonie du Haggis
Le haggis n’est pas un plat quotidien en Ecosse, il est au menu pour de nombreuses occasions tout au long de l’année. Le rituel du Souper de Burns (Burns Supper) rend hommage à la vie et l’œuvre du poète écossais Robert Burns. Cette coutume, ancrée dans les mœurs, est célébrée par des millions de personnes dans le monde entier. 
Lors d’un Souper de Burns, il est de coutume de jouer de la musique, de chanter, de danser et de rendre hommage au haggis par un discours et de porter un toast au Haggis ! Venez à l’Etage partager cette soirée !!
Et la musique… de Calum Stewart & Heikki Bourgault – 21h00
La volonté de regarder au-delà des frontières, de repousser les limites tout en respectant les traditions, voilà ce qui réunit Calum Stewart et Heikki Bourgault : avec des instruments anciens, le duo forge un son nouveau.

Informations pratiques

Toute la programmation dans le catalogue interactif de Travelling en cliquant ici.

Vous pouvez aussi télécharger l’application du Festival Travelling 2013 sur iphone et android : grille des programmes et un jeu photo qui vous fera peut-être gagner un repas pour 2 personnes dans un restaurant gastronomique rennais.

Places de cinéma à tarif préférentiel (2,20€) chez les Amis du Festival dont voici la liste :
Boulangerie Cozic – 10, rue St Hélier (en face du TNB)
Bar le Shamrock – 14, rue St Hélier
Bar le Scaramouche –  3, rue Jean Marie Duhamel
Les Cycles Guédard – 13, bd de Beaumont
PHAKT – Centre Culturel Colombier – 5, place des Colombes
Café Le Cortina – 12, rue du docteur Francis Joly
Wall Street Institute – 12, avenue Jean Janvier
Librairie La Courte Echelle – 26, rue Vasselot
Restaurant Le Phoenicien – 22, rue de St malo
Librairie Planète IO – 7, rue St Louis
Bar La Bernique Hurlante – 40, rue St Malo
Librairie M’enfin – 13, rue Victor Hugo
Bar La Dernière Séance – 23, rue d’Antrain
Disquaire O’CD – 7, rue d’Antrain
Pub Frogs and Friends – 13, rue de la monnaie
Restaurant l’Abri du Marché – 12, place des Lices
Whisky & Rhum – 1, Rue Pongérard
Librairie Le Chercheur d’Art – 1, rue Hoche
Librairie Critic – 19, rue Hoche
Le Café des Bricoles – 17, quai Prévalaye
Librairie Greenwich – 1, rue Jean Jaures
Le Café du Port – 3, rue Le Bouteiller
Le Dahlia Noir – 18, quai Émile Zola
Restaurant Le Knock – 48, rue St Brieuc

Tarifs
Entrée unique : 6 €
Tarif réduit : 3,60 €
Ciné-concerts (séances spéciales) : 6 € tarif unique
Carnets de fidélité : 22€ (5 places non nominatives) & 32€ (10 places non nominatives)
Tarif réduit pour les 27-64 ans sur présentation de la carte KorriGo pour toutes les séances de 11h et de 14h au Gaumont, au Ciné-TNB et à l’Arvor.
Pass Festival : 45 € (le bracelet, accès à toutes les séances dont séances d’ouverture, séances spéciales et de remise des prix dans la limite des places disponibles, affiche, carte postale et t-shirt dans la limite des stocks disponibles)

A noter également, le très joli visuel pour Travelling Junior… Le monstre du Loch Ness a encore de beaux jours devant lui !

travelling-junior-2013

En 2013, au cinéma tu iras

Et dès aujourd’hui, grâce au Festival Télérama, ton retard pour 2012 tu rattraperas.

festival-telerama

Le Festival Télérama, c’est pas compliqué. Tu achètes Télérama de cette semaine (ou tu voles celui d’un ami prof bobo gaucho), tu découpes le précieux Sésame et ensuite tu te pointes au TNB ou à l’Arvor. 3 euros l’entrée, prix imbattable jusqu’à mercredi prochain pour les films suivants :
Amour (Palme d’Or du Festival de Cannes 2012)
Camille Redouble
– Dans la maison
De Rouille et d’os
Elena
– Holy Motors
Les Adieux à la Reine
– Les Enfants Loups, Ame & Yuki
Margin Call
Moonrise Kingdom
– Oslo, 31 août
Tabou
– Take Shelter
The Deep Blue Sea

Et le pass vaut pour 2 personnes, donc tu peux inviter ton/ta fiancée, un(e) ami(e), ta concierge, ton prof de yoga ou ton petit cousin !

margin-callPas vu grand-chose parmi cette sélection mais je te recommande fortement Margin Call, un film sans pitié sur la chute de la banque Lehman Brothers côté coulisses et traders.

Tu peux aussi aller voir Take Shelter, si tu as le moral (j’en avais parlé là : Take Shelter ou les abysses de la schyzophrénie paranoïde.

Si tu aimes les films légers et historiques, tu peux voir Les adieux à la Reine, ersatz du Marie-Antoinette sauce Coppola fille sans les Converse et les cupcakes roses. J’en avais dit deux mots ici : Quand les têtes couronnées finissent guillotinées.

Enfin si tu veux un truc drôle, gentil, un brin potache avec un revival années 75 et une Bande originale assez funky, tu peux aller voir Camille redouble.

De toutes façons, il fait froid. Rien de tel que de s’enfermer dans les salles obscures pour trouver un peu de chaleur et voyager sur les toiles !

Quand les têtes couronnées finissent guillotinées

Et hop, un samedi soir enfermée dans les salles obscure rennaises alors que la météo était plus encline à siroter des boissons houblonnées en terrasse. Un jour, j’apprendrai à faire comme tout le monde…

 Les Adieux à la reine de Benoît Jacquot n’est pas un film sur Marie-Antoinette, enfin un petit peu mais accessoirement seulement. Le film est plutôt centré sur Sidonie aborde, lectrice de la Reine. Jeune domestique pourchassée par les moustiques, dont le seul motif de survie est son incroyable fascination pour la dilapideuse du Royaume. Fascination amoureuse, probablement. N’oublions pas que Jacquot, pour ce film,  s’est inspiré du roman de Chantal Thomas (prix Femina 2002) et que les dessous de l’Histoire vus par Mme Thomas sont aussi érotiques qu’une baleine de soutien-gorge auréolée de soie et de dentelle.

Heureusement, la tourmente est là. Drame à Versailles à l’annonce des têtes décapitées parisiennes. Un vent de panique souffle sur les taffetas des crinolines et sur les plumes du chapeau royal !
Heureusement, les bas-fonds des cuisines du château nous rappellent que là aussi, la brioche n’a pas lieu d’être.
Heureusement, les couloirs de Versailles sont sombres, les chambres de bonnes infestées de moustiques, les canaux envahis de rats crevés et les contre-allées boueuses et engorgées de déchets. Si l’Enfer est pavé de bonnes intentions, Versailles est pavé pour certains seulement de dorures et de luxure.

Un bon moment malgré une vision de l’Histoire sûrement décalée (je ne suis pas historienne mais mon petit doigt me dit que.) De très beaux portraits de femmes dans la tourmente de l’histoire et en seulement quelques jours. De très beaux visuels de face et de dos, comme si, à cette époque l’on n’existait qu’en deux dimensions.

Reste que pour l’Histoire, la vraie, il faudra replonger dans ses livres. Et éviter l’overdose de cupcakes coppolienne…

Hoover, ce cinglé du classement

A défaut de trouver des concerts dignes de ce nom en ce moment à Rennes, je traîne dans les salles obscures. Et hop, direction le dernier Eastwood et son biopic Edgar J. consacré à la vie du premier directeur du FBI.

Avis mitigé à la sortie des 2h que dure ce film. Autant la personnalité complètement névrosée de cet homme et sa vie entièrement consacrée à son travail sont plutôt bien décrites et mises en avant. Autant les allers-retours réguliers entre différentes étapes de sa vie sont assez pénibles à suivre et nous font perdre le fil du film. Autre défaut assez étonnant : la qualité des maquillages vieillissant les personnages est tout à fait désastreuse…

Il est quand même assez déroutant de se rendre compte que cet homme, qui fut quand même à la tête du FBI pendant 48 ans, était au fond complètement illuminé : entièrement sous le joug de sa mère, obsédé par l’invasion bolchévique, incapable de faire confiance à autrui en dehors de sa secrétaire dévouée et fidèle et son bras droit (et amant ?) Clyde Tolson. Hoover, un homme présenté dans le film comme odieux, assez intolérant et un peu dictatorial.

Un homme vraisemblablement psycho-rigide, bibliothécaire de formation (eh eh, et là, je me moque gentiment de ma corporation). Fort de son expérience comme vacataire à la Bibliothèque du Congrès, il crée un fichier massif avec informations diverses et variées sur les personnes qu’il considère comme dangereuses pour la nation. Big Brother was watching you.

good ol days« good od day » by emdot on Flickr

Au final, ce n’est pas un opus de Clint Eastwood qui laissera une trace indélébile sur mes rétines. Mais ce film a le mérite en 2h de temps de vous replonger dans une partie du programme d’histoire de Terminale que vous aviez oubliée… A vous de voir.